« Lorsqu’un père est chauffeur de taxi et qu’il travaille dur pour payer les études de ses enfants, et lorsque ces derniers ont finalement leur diplôme en poche mais n’ont pas d’emploi et restent des années au chômage ou vont vendre des légumes au marché, ou pa le revolisyon dan pei ? » C’est en tout cas ce qu’a demandé hier soir à Piton Vishnu Lutchmeenaraidoo, candidat de l’Alliance Lepep dans la circonscription No 7 (Piton/Rivière-du-Rempart). Mais l’Alliance Lepep, dit-il, a une solution à ce problème. « L’État va encourir les frais d’une nouvelle année d’études dans des filières qui sont demandées par l’économie du pays. Ce qui devrait faciliter grandement leur embauche par des entreprises », a-t-il déclaré.
Selon Lutchmeenaraidoo, le rôle d’un gouvernement est de trouver des solutions aux problèmes qui affectent le pays. Mais il y a une deuxième catégorie de jeunes que l’Alliance Lepep compte aider, à savoir « celle qui a des idées pour créer leurs propres entreprises ». Et de lancer : « Je lance un défi à ces jeunes de venir de l’avant avec leurs idées et nous leur offrirons des prêts, sans garantie, pour qu’ils puissent réaliser leur rêve et créer ainsi leur propre emploi. Ce sont eux les prochains dirigeants du pays. Ils doivent commencer à prendre des risques ! »
L’orateur a ainsi fait comprendre à son auditoire que ni lui, ni Sir Anerood Jugnauth, ne sont obligés de descendre dans l’arène politique, « me nou fin vini parski pei la an danze ». Cependant, a-t-il prévenu, « cessez de dire que nous sommes les plus forts et que nous remporterons les élections ; nou bizin piose pou kapav gayne ».
Après avoit rappelé ses nombreuses réalisations dans le passé, Sir Anerood Jugnauth a estimé que « sa ki pli important azordi c’est ki nou pa kapav les pei la kontinye koumsa ». Il poursuit : « Nous essayons de vous montrer un éclairage pour que vous puissiez prendre vos responsabilités. Notre pays se trouve actuellement à la croisée de deux chemins : l’un menant au cimetière et, l’autre, vers l’espoir et la prospérité. » Et d’appeler la population à voter à nouveau pour le présent gouvernement « si ou satisfe avek zot, sinon vot pour nou ». Le leader de l’Alliance Lepep s’est ensuite rendu à Roches-Noires, où il a mis en garde la population contre le projet de IIe République. « Sa zis pe get zot lintere sa… Fode pa sa arive. »
Pour sa part, Vishnu Lutchmeenaraidoo a demandé à son auditoire de ne pas sous-estimer « un gouvernement qui est désespéré », prévenant : « Li fin batir enn anpir ki telman gran ki li pa anvi ale. J’ai peur pour nos enfants si Navin Ramgoolam et Paul Bérenger reviennent au pouvoir. »
À Piton, l’ancien militant Sangeet Fowdar, qui a démissionné du MMM il y a quelques jours, a estimé que Navin Ramgoolam « représente le plus grand mal » du pays. « De ce fait, je ne peux demander à la population de voter pour l’alliance PTr-MMM », a-t-il déclaré.