– Les opérateurs d’autobus contraints à travailler dans des conditions désagréables.

– Ali Mamode de l’UBIW : « Nous sommes exposés au soleil, à la pluie et nous travaillons parmi des déchets ».

Les travailleurs du transport en commun opérant à Place de l’Immigration déplorent un manque de considération à leur égard. Selon Ali Mamode, membre de l’Union of Bus Industry Workers, les opérateurs d’autobus à la gare du Nord travaillent « dans des conditions désagréables » en raison d’un manque d’infrastructures approprié malgré leurs innombrables appels aux autorités concernées.

« L’année dernière, les autorités avaient détruit tous les abribus ainsi que les cabines destinées aux travailleurs d’autobus à Place de l’Immigration pour monter une structure pour les marchands ambulants. Par la suite, ce projet est tombé à l’eau car les membres du temple tamoul qui se trouve à proximité avaient protesté contre la construction d’une foire à côté du temple. Ils avaient saisi la cour pour réclamer l’arrêt des travaux. Effectivement, les travaux ont été stoppés mais la structure en métal érigée est restée sur place pendant plusieurs mois, au détriment des opérateurs d’autobus. Les chauffeurs étaient obligés de garer les bus sur la route, causant des embouteillages, voire un cafouillage à Place de l’Immigration pendant les heures de pointe. Au final, les autorités ont été obligées d’enlever la structure », explique Ali Mamode.

Toutefois, poursuit ce dernier, tous les abris qui existaient pour les travailleurs n’ont jamais été reconstruits. « Même si la Place de l’Immigration a été rendue aux opérateurs d’autobus, les facilités qui étaient autrefois disponibles n’ont pas été rétablies. Nous n’avons aucun abri pour nous protéger du soleil ni de la pluie. Nous ne disposons même pas d’un coin adéquat où les chauffeurs peuvent s’asseoir pour déjeuner. La plupart du temps, nous devons nous asseoir au soleil ou dans les bus quand il pleut », affirme Ali Mamode.

Par ailleurs, les travailleurs d’autobus déplorent un manque d’hygiène à Place de l’Immigration. « Des déchets sont éparpillés un peu partout. Nous sommes forcés de travailler dans ces conditions. Parfois, des odeurs nauséabondes nous tourmentent. Mais nous n’avons pas le choix. Un manque de sécurité est aussi à déplorer car la gare est fréquentée par des cambrioleurs et toxicomanes », dit-il. Selon Ali Mamode, les opérateurs d’autobus ont lancé plusieurs appels aux autorités, notamment à la municipalité de Port-Louis, pour revoir les conditions dans lesquelles ils travaillent à la gare du Nord. Mais à ce jour, les autorités sont restées indifférentes.