Réagissant sur l’ordre d’éviction émis aux familles concernées par le tracé du métro de « quit and vacate » d’ici mercredi prochain, le coordinateur de la Plate Anti-Métro, Jayen Chellum, estime cette démarche « inhumaine ». Selon lui, le gouvernement devrait adopter « une approche plus indulgente ». S’agissant des actions prochaines de la plateforme, il annonce une démarche de sensibilisation pour la semaine prochaine, avec un support visuel à la pétition en vue d’un impact plus vif auprès de la population. Par ailleurs, Jayen Chellum se dit convaincu que « plus de 50% de la population » est contre le projet Metro Express.
« Le gouvernement a envoyé des signaux contradictoires concernant le métro, et d’abord en combattant le projet avant les élections. Il y avait eu une décision du cabinet, en 2015, pour ne pas aller de l’avant avec le métro pour ensuite revenir sur cette décision. Cela a semé une confusion énorme dans la tête des habitants. Et maintenant, le gouvernement se cantonne à des points légaux pour faire partir ces familles en peu de temps. Cette démarche est inhumaine. Même les sommes proposées aux familles en retour auraient pu être renégociées. Il aurait fallu leur donner du temps, et non pas les mettre à la porte en quelques jours », estime Jayen Chellum. Si la plateforme est actuellement concentrée sur son action de sensibilisation contre le projet, le coordinateur dit être prêt à accueillir des familles concernées par cet ordre d’éviction. « Nous verrons ce qu’on peut faire comme démarche auprès du gouvernement. »
En attendant, au niveau du regroupement de personnes qu’il représente et qui sont contre le projet de métro, il dira : « On est très motivé. Nous avons reçu l’aide de professionnels et nous viendrons la semaine prochaine avec un support visuel pour mieux mettre en relief l’esprit de notre pétition. Nous avons effectué des mini-sondages par téléphone, qui montrent que nous sommes sur la bonne voie. » Jayen Chellum souligne que « ni la Metro Express Ltd ni la DCDM n’a répondu à ma demande officielle de rendre public le rapport » de DCDM sur le métro. « Jusqu’ici, c’est le silence. Cela veut dire qu’il y a quelque chose à cacher. » Par ailleurs, ajoute-t-il, « selon les renseignements obtenus auprès de personnes s’y connaissant en la matière, le rapport financier qui a été présenté dans le cadre de ce projet comporte d’énormes lacunes, sans compter que le coût indiqué ne tiendrait pas la route ».
Commentant l’absence de prise de position des membres de l’opposition par rapport au projet Metro Express, Jayen Chellum est d’avis que « la vraie opposition se trouve en dehors du Parlement », ajoutant : « Ce sont ceux qui ont milité contre ce projet, c’est la société civile, ce sont tous ceux qui ont écrit contre dans les journaux. » Il se dit convaincu qu’il « doit y avoir plus de 50% de la population qui sont contre ». Quant aux autres, ceux qui croient en la viabilité du projet, « je dirais que 75% ont subi un lavage de cerveau par la chaîne de télé nationale ».