« Le MMM a profondément consolidé la démocratie à chaque fois qu’il a été au gouvernement », a soutenu, hier, Paul Bérenger, leader historique des Mauves qui précise, toutefois, qu' »il n’y a pas eu et il n’y a pas de pourparlers entre le MMM et le PTr en vue d’une alliance. » Il renouvelle, par contre, sa demande au PM et leader du PTr, Navin Ramgoolam, pour que ce dernier tienne, « pour une fois », son engagement pour ce qui concerne la réforme électorale.
Passant en revue la situation politique locale, Paul Bérenger réaffirme qu’il n’y a pas eu et qu’il n’y a pas de pourparlers PTr/MMM. « Chaque jour qui passe sépare un peu plus le MMM du PTr », assure-t-il. Le leader historique des Mauves parle de « situation sans précédent » dans le pays marquée par « des scandales, la politique dominère et le règne de l’incompétence. » Mais il enchaîne quand même avec la question de la réforme électorale.
Sous ce rapport, Paul Bérenger rappelle qu’en réponse à une interpellation de la députée MMM Lysie Ribot, le 7 mai dernier, le PM et leader du PTr, Navin Ramgoolam a réitéré et pris « l’engagement solennel » qu’un Livre Blanc sur la réforme électorale sera circulé vers le mois de juillet et que, subséquemment, un projet de loi y relatif sera présenté pour être débattu à l’Assemblée nationale. « Je demande à Navin Ramgoolam de tenir, pour une fois, son engagement », répète-t-il à ce sujet.
Le leader historique du MMM souligne de nouveau qu’une « bonne réforme électorale » aidera tout à la fois à faire reculer le communalisme « comme le souhaitent, surtout, les jeunes », à consolider la démocratie par le biais d’une dose de représentation proportionnelle et permettra à un nombre accru de femmes de jouer un plus grand rôle en politique. Paul Bérenger explique que le MMM observera « avec vigilance » ce que fera le PM et leader du PTr. « Nous serons virulents au cas où Navin Ramgoolam manque à sa parole », prévient-il.
« Construire l’île Maurice de demain »
« Les politiciens ne sont pas tous les mêmes », soutient, par ailleurs, le leader historique des Mauves en réponse à certains commentaires qu’il dit avoir notés dans la presse. « Il existe des hommes politiques qui ont des principes et qui sont honnêtes », assure-t-il en soutenant que la façon par laquelle certains commentateurs véhiculent, à ce propos, les choses est « très dangereuse pour la démocratie. »
« À chaque fois que le MMM a été au gouvernement depuis 1982, nous avons profondément consolidé la démocratie alors que la corruption a reculé », soutient, d’autre part, Paul Bérenger tout en réitérant qu' »il n’y a pas eu et il n’y a pas de pourparlers entre le MMM et le PTr en vue d’une alliance. » Le leader historique des Mauves explique que le MMM veut être au pouvoir pour un « profond changement de ce qu’est advenu le pays depuis 2005 », particulièrement en ce qui concerne « les scandales, la politique dominère et l’incompétence généralisée. »
Pour ce faire, le MMM, explique son leader historique, se base sur son programme « socialiste, moderne, modéré et lucide. » Il lance un appel aux jeunes qui, dit-il, veulent que règnent la méritocratie, la modernité et le mauricianisme. « Je les appelle à nous aider à faire appliquer notre programme pour la construction de l’île Maurice de demain. »
Commentant, enfin, la rencontre à Londres du PM avec le secrétaire-général du Commonwealth après la participation de Navin Ramgoolam à la Tokyo International Conference on African Development (TICAD), Paul Bérenger juge que ce « petit rendez-vous » n’aurait été qu’un « nouveau prétexte » pour le chef du gouvernement de se rendre dans la capitale britannique.
Pour le leader historique du MMM, cette rencontre demontrerait aussi la volonté du gouvernement mauricien d’être présent au prochain Sommet du Commonwealth prévu en novembre au Sri Lanka; le gouvernement mauricien voulant, selon Paul Bérenger, accueillir « à tout prix » le prochain Sommet du Commonwealth prévu fin 2015.