Raj Makoond, président du JEC : « L’unanimité démontre que le problème de fond reste la croissance »
Le maintien à l’unanimité par le Monetary Policy Committee au taux de 4,65 % a été accueilli favorablement aussi bien par le Premier ministre et ministre des Finances, Navin Ramgoolam, que par le président du Joint Economic Council, Raj Makoond. « L’unanimité est une bonne chose », a déclaré le PM à la presse, interrogé lors de la réception offerte par l’ambassadeur de France à l’occasion de la fête nationale française. De son côté, Raj Makoond considère que l’unanimité au niveau du MPC démontre que le problème de fond de l’économie reste la croissance.
Dans un communiqué diffusé après sa réunion d’hier, le Monetary Policy Committee note que l’économie mondiale continue à se consolider depuis avril 2014 bien que la reprise soit encore incertaine et est inégale parmi nos principaux partenaires commerciaux. Le MPC observe que les économies des États-Unis et la Grande Bretagne connaissent une reprise relativement forte alors que les perspectives au niveau de la zone euro et des marchés émergents continuent à stagner. L’inflation reste stable en raison de l’évolution modérée des prix des commodités et de l’énergie.
Sur le plan local, le MPC constate que l’économie a connu un ralentissement durant le premier trimestre de 2014, qualifié de « the worst first quarter performance of the last 5 years ». Cependant, on s’attend à une reprise durant la deuxième moitié de l’année avec l’amélioration des conditions attendue dans les pays qui sont nos principaux partenaires commerciaux. « However, downside risks to the growth outlook persist », constate le MPC.
Le MPC exprime son inquiétude au sujet du « breakdown in the monetary policy transmission mechanism ». À la lumière des derniers développements au niveau économique le comité a révisé à la baisse les prévisions de croissance pour 2014 à 3,4 et 3,6 %. Le comité constate que le taux d’inflation continue à baisser. Il est passé de 4,5 % à 3,3 % en juin 2014. Cela est dû à la modération des prix des produits alimentaire dont les légumes frais et la stabilité des prix des produits énergétiques. Par conséquent le MPC a décidé de maintenir le Key Repo Rate à son niveau actuel. Il prévoit le maintien de la politique monétaire jusqu’à la fin de cette année tenant en considération que l’inflation sera maintenue au taux de 4 %. De son côté la « year to year inflation » sera maintenue à un niveau de 3,5 %. Il a aussi été question de la normalisation du taux d’intérêt. Certains membres ont fait part de leur désaccord avec le taux et le timing de cette normalisation. Le MPC précise que certains membres avaient souhaité une hausse de 25 points de base du Key Repo Rate à la première réunion de 2015 après la présentation du budget 2015. Cette approche devrait permettre de réduire les incertitudes parmi les opérateurs économiques et donner des indications pour ce qu’il s’agit des décisions concernant l’épargne, l’investissement et la consommation.
Priorité à la croissance
Réagissant après la décision de la MPC, le Premier ministre a fait référence à sa déclaration faite au Mauricien hier à l’effet que la priorité doit être donnée à la croissance. Cette dernière est, selon lui, plus importante que l’inflation, qui est sous contrôle, et que l’épargne. A ce propos, Navin Ramgoolam a annoncé le lancement prochain de deux fonds d’épargne avec des taux d’intérêt favorables pour les épargnants. Il a dans le même souffle insisté sur l’indépendance des membres du MPC, qui, a-t-il précisé, ont été nommés avec son autorisation.
Navin Ramgoolam a, en réponse à une question de la presse, manifesté son intention de présenter un budget après le 8 novembre prochain, soit à la période habituelle en faisant comprendre que son mandat électoral prend fin en mai de l’année prochaine. À la presse qui lui demandait si ce sera un mini-budget, il a répondu que ce sera un budget normal. S’agissant des discussions concernant le traité de non double imposition, elles sont en bonne voie et ne relèvent pas du budget, dit-il.
Pour sa part, Raj Makoond insiste sur l’importance du Monetary Policy Committee qui tenant en compte la complexité de la politique monétaire du pays est une plateforme où différents points de vue sont confrontés, plutôt que d’avoir l’unique point de vue de la Banque Centrale. De plus, en maintenant à l’unanimité le taux du Repo Rate à 4,65 %, les membres du MPC reconnaissent que le problème de fond de l’économie reste la croissance. Il place le problème dans un contexte plus général et attire l’attention sur le fait que la performance économique a été en deçà des objectifs fixés. Raj Makoond reconnaît que le taux d’inflation est sous contrôle et observe que la reprise de l’économie sur le plan international reste fragile et incertaine. Au niveau des BRICS qui se rencontrent en ce moment, le Brésil connaît des difficultés économiques, la Russie est en décroissance, la Chine connaît un taux de 7,9 % et l’Inde un taux inférieur à 7,5 %, soit des taux inférieurs aux prévisions. La décision du MPC est un signal pour relancer la croissance de notre économie, dit-il.
Pour sa part, l’ex-ministre des Finances Xavier-Luc Duval a, dans une déclaration à la presse hier, observé que la Banque de Maurice a fait un demi-tour complet. « Certains au niveau de cette institution ont compris qu’ils ne peuvent s’acharner contre le ministre des Finances dont la fonction est actuellement occupée par le Premier ministre », a-t-il dit.