Les prix des légumes ont été revus à la hausse depuis quelques semaines, une hausse variant entre 5 et 10%. Cette semaine, la hausse a été revue à 6%. Selon Kripalloo Sunghoon, de la Small Planters’ Association, le climat actuel, tantôt chaud, tantôt froid, ralentit la pollinisation, conduisant ainsi à une baisse de la production. Par ailleurs, la culture des piments court un grand danger, deux maladies s’attaquant régulièrement aux plantes et aux piments.

« Nous avons un climat imprévisible à Maurice. Déjà, nous sommes en hiver, ce qui veut dire qu’il devrait faire froid. Tantôt la température augmente, et il commence à faire chaud, tantôt la météo annonce une baisse des températures, accompagnées de vents et d’averses. Ces changements climatiques sont néfastes aux cultures vivrières car cela empêche la pollinisation », soutient Kripalloo Sunghoon. Et d’ajouter que la hausse des prix des légumes intervient en raison d’un manque de légumes sur le marché, suivant une baisse de la production.

Notre interlocuteur indique que la hausse des prix a varié de 5 à 10% pendant les dernières semaines. Mais cette semaine, les prix se sont améliorés, ramenant la hausse à seulement 6%. « Les prix devront s’améliorer davantage dans les jours à venir. Certains légumes sont adaptés au temps actuel, comme les lianes, la calebasse. Mais d’autres légumes, comme la courgette, le concombre ou le pâtisson, sont très sensibles, et le climat actuel ne joue pas en leur faveur. Donc, il faut s’attendre à un prix fort pendant les prochains jours », soutient notre interlocuteur. Et d’ajouter que cette année.