Jean-Claude Kell a été jugé coupable ce matin par la Cour d’assises du meurtre de son beau-fils, O’Brian Larose, alors âgé de 24 ans. Il était poursuivi sous une charge réduite de “wounds and blows without intention to kill”. Le 16 novembre 2010, Jean-Claude Kell, âgé de 51 ans, a tué son beau-fils d’un coup de couteau pour avoir arraché deux plantes de piments qu’il cultivait dans son jardin. Ayant aujourd’hui établi la culpabilité de Jean-Claude Kell, la juge Devianee Beesoondoyal fera connaître sa sentence vendredi. La Poursuite a plaidé pour une peine minimale de 10 ans de prison.
La Cour d’assises a écouté ce matin le procès intenté à Jean-Claude Kell, un peintre en bâtiment, âgé de 51 ans, au moment des faits. Initialement poursuivi pour “manslaughter”, Jean-Claude Kell a vu sa charge réduite à celle de “wounds and blows without intention to kill” après que l’accusé ait plaidé coupable. Trois témoins ont été entendus, notamment le Principal Court Officer de la Cour de District de Rose-Hill, l’inspecteur Bandhoo, qui avait informé l’accusé de la charge logée contre lui, et le chef inspecteur Kokil, l’un des Main Enquiring Officers de cette affaire.
Lors de l’interrogatoire mené par Me Roshan Santokee, du Parquet, le Principal Court Officer a produit toutes les pièces à conviction qui avaient été présentées lors de l’enquête préliminaire, notamment des vêtements de l’accusé et de la victime ainsi que l’arme du crime : un couteau de cuisine. L’inspecteur Bandhoo a par la suite identifié la “charge sheet” qu’il avait présentée à l’accusé à la prison de Beau-Bassin lorsqu’il l’avait informé de la charge logée contre lui.
Après l’identification des photos et autres documents relatifs à l’exercice de reconstitution des faits, le chef inspecteur Kokil a lu les dépositions de l’accusé. Après s’être séparé de sa femme en 1995, Jean-Claude Kell vivait en concubinage avec Marie-Anne Larose, qui avait déjà trois fils et deux filles d’un premier mariage. Deux des trois fils étant en prison et les filles étant mariées, Jean-Claude Kell et Marie-Anne Larose vivaient avec le troisième fils, O’Brian Larose, dans une maison à Plaisance, Rose-Hill. La victime, alors âgée de 24 ans, travaillait comme animateur dans les hôtels. Dans sa déposition à la police, l’accusé avait indiqué qu’il n’avait jamais eu de problèmes avec la victime, bien que cette dernière devenait souvent désagréable après avoir consommé de l’alcool.
Le 16 novembre 2010, Jean-Claude Kell n’était pas parti travailler. Il s’était rendu à la plage d’Albion en compagnie de son beau-fils et de son gendre, le boxeur Bruno Julie. Ils étaient rentrés vers 13 h, mais O’Brian Larose devait revenir une heure une plus tard avec une bouteille de bière à la main. Celui-ci l’aurait invité à prendre un verre, invitation qu’il devait décliner. C’est à ce moment qu’O’Brian Larose serait sorti et se serait dirigé vers le potager, où il a commencé à arracher les plantes de piments. « Li dir mwa pa pima sa, lerb sa, bizin rase », a déclaré l’accusé dans sa déposition. Vert de rage, Jean-Claude Kell s’est dirigé vers la cuisine pour y prendre un couteau et poignarder son beau-fils dans le dos. La victime est décédée peu de temps après à l’hôpital.
Ce matin, l’accusé a plaidé pour la clémence de la cour, évoquant son regret pour ce qui s’était passé, et a présenté ses excuses. Faisant allusion aux nombres de crime liés à l’alcool, la Poursuite a plaidé pour une peine minimale de 10 ans de prison, demandant à la Cour de faire preuve de sévérité afin d’envoyer un signal fort.