Le très controversé projet de la firme malaisienne CT Power de produire de l’électricité à partir du charbon au bord de la mer entre Albion et Pointe-aux-Caves ne se réalisera pas si l’on prête foi à une déclaration de Mireille Martin, ministre sortante de l’Égalité des genres et du bien-être de la famille, et candidate travailliste de l’alliance PTr-MMM dans la circonscription N°1 (GRNO-Port Louis Ouest), lors d’un forum-débat organisé vendredi soir dans la cour de l’église Ste-Marie Madelaine à Pointe-aux-Sables.
Mireille Martin et ses deux colistiers MMM (les députés sortant Veda Balamoody et Jean-Claude Barbier) participaient à un forum-débat préélectoral avec leurs adversaires de Lalians Lepep (Danielle Selvon et Patrick Armance), et la candidate de Rézistans ek Alternativ Dany Marie. « Avant de venir ici, j’ai eu une conversation téléphonique avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam, ki a été catégorique. Li finn dir pa pou éna CT Power ! » a affirmé Mireille Martin.
Cette déclaration a agréablement surpris la cinquantaine de résidents de Pointe-aux-Sables et de Morcellement Kensington Place présents et qui s’inquiétaient des retombées de l’implantation de la centrale à charbon sur leur santé et leur environnement. Certains n’en ont pas cru leurs oreilles. « Depuis des années que nous luttons devant la justice et dans des manifestations de rue pour qu’on ne vienne pas nous empoisonner avec du charbon, il a fallu qu’il y ait des élections générales pour qu’enfin ils reculent. Mais si c’est vrai, nous sommes vraiment soulagés ! » a confié une femme qui paraissait très remontée.
 » Bizin ékrir sa lor papyé ! »
Toutefois, tout en exprimant leur contentement, certains, encore incrédules, ont été jusqu’à réclamer auprès de Veda Balamoody, candidat à sa propre succession, « ki ou bizin ékri sa lor papyé ki vréman pa pou éna
CT Power ». Engagement que Balamoody n’a pas pris, mais il a répliqué qu’il « demandera à Navin Ramgoolam de faire une déclaration officielle concernant l’abandon du projet lors du prochain meeting régional que tiendra l’alliance Ptr-MMM dans la circonscription ».
Le forum, présidé par le militant écologiste Fabiani Balisson (Plateforme citoyenne), assisté de Georges Brelu-Brelu (du Mouvement Civique de Pointe-aux-Sables), n’aura pas du tout été un exercice de tout repos pour les trois candidats de l’alliance gouvernementale. Tout avait pourtant bien débuté pour eux dans la mesure où ils semblaient avoir réponse à toutes les doléances de l’assistance. Le dispensaire de Pointe-aux-Sables est devenu trop exigu pour une population qui a énormément augmenté.
Qu’à cela ne tienne, selon Jean-Claude Barbier, le « terrain disab » qui sert actuellement de terrain de foot pour les jeunes sera réquisitionné pour abriter une plus grande Medi-Clinic au coût de Rs 35 millions. La somme, a renchéri Mireille Martin, a déjà été réservée par le ministère de la Santé. Mais où les jeunes pratiqueront-ils leur sport favori alors ? C’est encore Jean-Claude Barbier qui a explique que « l’autre terrain de football, communément appelé terrain Denis Jackson, sera obligatoirement acquis de la Banque de Développement et dôté de vestiaires. Nou pou konstrir enn gymnaz ousi ki pou itilizé par lékip landrwa, Pointe-aux-Sables Mates ».
Quant à l’odeur nauséabonde provenant de la station de traitement d’eau usée qui empeste le quartier de Kensington Place, rendant misérable la vie de ses résidents, toujours selon Barbier, « des experts vont venir pour essayer de trouver d’autres solutions ».
Par contre, si Danielle Selvon a affirmé son « indignation » sur le type de maisons que le gouvernement fait construire à côté de l’aire de stationnement d’autobus de la Pointe (ndlr : des maisons de type « bwat zalimet » avait déploré le vicaire général catholique, Maurice Labour), Barbier et ses colistiers n’ont pas donné leur avis à ce sujet qui, pourtant, agaçe nombre d’habitants du quartier
Danielle Selvon : « Notre leader Pravind a dit… « 
Certes, jusque-là, les députés sortants MMM et Mireille Martin, la nouvelle qui veut s’implanter dans la circonscription, avaient en face d’eux deux candidats néophytes de Lalians Lepep en Marie Danielle Selvon et Patrick Armance (leur troisième, Alain Wong, ne s’étant jamais manifesté), mais il y avait là également Dany Marie, la candidate déclarée de Rézistans ek Alternativ qui, elle, maîtrisait définitivement mieux le dossier de la production énergétique en général. Et pour cause, puisque Dany Marie est une militante engagée au sein de People’s Cooperative Renewable Energy Society Ltd (PCRESL) et a confronté frontalement CT Power en soutenant une grève de la faim de Jeff Lingaya contre l’utilisation du charbon. Et, essentiellement, c’est sur ce dossier brûlant de l’énergie que l’assistance attendait les divers intervenants.
Danielle Selvon et Patrick Armance ont affirmé que leur leader, Pravind Jugnauth, « finn dir ki pa pou aksepté CT Power parski li enn danzé pou la santé piblik et prozé-là mank transparans ». Selon eux, « Lalians Lepep croit qu’il existe d’autres façons de produire de l’énergie, dont le solaire, le photovoltaïque et l’éolienne ». « On peut changer notre façon de produire et nous sommes d’accord pour le faire sur des périodes de transition de cinq ans, comme le suggère la Plateforme citoyenne », a ajouté Danielle Selvon.
« Zott byen présé pou alé ! »
Jean-Claude Barbier, on l’aura remarqué, n’a pas exclu totalement le recours au charbon comme source d’énergie pour le pays. Une posture conforme à celle de son parti, qui n’a jamais accepté de bannir le charbon à jamais, comme le réclâment les écolos. Cependant, il faut reconnaître que, sur la question précise du projet CT Power – qui était pour eux un terrain extrêmement périlleux -, la déclaration de Mireille Martin découlant de ses confidences avec Navin Ramgoolam a, semble-t-il, sorti d’affaire toute l’équipe PTr-MMM. Pour le moment
Mais, paradoxalement, alors qu’ils avaient la situation assez bien en main, c’est l’empressement des trois candidats PTr-MMM de quitter le forum-débat pour, selon eux, « aller animer d’autres réunions où des d’autres citoyens nous attendaient » qui a failli faire déraper l’ambiance vers la fin. « Pandan 5-an zot finn disparet pa finn trouv zot, et zots finn vini zordi pou enn ti moman pou diskit avek nou. Aster zot byen présé pou alé. Sé enn mank de polites anver nou », a reproché le couple Marie-France et Henri Favori au trio de candidats rouge-mauve en y ajoutant leur talent de gens de théâtre.
Et ces deux résidents de la localité ont été chaudement applaudis par l’assistance pour leur coup de gueule. On a alors entendu fuser de part et d’autre des remarques pas très flatteuses. Mais tous les debators ont pu toutefois s’en aller sans être outre mesure inquiétés parce que, après tout, ce fut un forum-débat civilisé