« Li inportan ki tou seki bann dirizan politik dir dan kongre paret dan zot manifesto », a réclamé l’inspecteur Jaylall Boojhawon, porte-parole de la Police Officers Solidarity Union (POSU), en conférence de presse ce vendredi 25 octobre.

Jaylall Boojhawon souhaite que les promesses concernant la force policière soient inscrites « noir sur blanc » dans les manifestes électoraux, afin que le syndicat des policiers puissent mieux « lutter » pour leur réalisation.

Par ailleurs, la POSU dit « apprécier » les mesures de l’Alliance Morisien concernant une assurance pour les policiers et la promotion au grade de sergent après 20 ans de service. « Les policiers ont accueilli cette mesure dans la joie parce que cela représentait un sujet de frustration parmi eux », a confié le syndicaliste.

La POSU accueille également la promesse concernant la mise en oeuvre du rapport du PRB à partir de janvier 2020. Il plaide toutefois pour que le rapport soit « bien fait » et que les conditions de travail des policiers s’améliorent, de même que leur salaire.

Par ailleurs, la POSU propose un nouveau shift dans les heures de travail au sein des différents postes de police de l’île, ainsi que de plus d’équipements pour les policiers.

Concernant la discorde entre la police et le MES pour les épreuves de PSAC/SC/HSC, Jaylall Boojhawon a annoncé que, un mois de cela, le ministère de l’Education et le MES ont pris la décision d’offrir à tous les policiers une allocation. « Ce combat est arrivé a son terme et l’injustice a été corrigée ».

Jaylall Boojhawon a lancé un appel au Commissaire de police pour qu’une « election allowance » soit remise aux policiers en poste lors des législatives, le 7 novembre.