Le leader du MMM, Paul Bérenger, a expliqué, lors de son intervention au congrès de Roche-Bois hier, qu’il y avait un « cafouillage » au niveau des investitures de l’alliance PTr/MMM dans la circonscription N° 3 (Port-Louis Maritime/Port-Louis Est) et indiqué que Navin Ramgoolam et lui allaient « prendre le temps qu’il faudra pour aplanir ce cafouillage ». Outre Adil Ameer Meea, qui a présidé le congrès nocturne, les deux autres candidats figurant sur la liste rendue publique samedi, Abdallah Goolamallee, un jeune élément travailliste de 29 ans, et l’ancien lord-maire mauve Aslam Hossenally, ont pris la parole.
Paul Bérenger s’est montré très critique à l’égard de Maya Hanoomanjee pour avoir sommé les journalistes de la MBC de quitter le meeting de l’Alliance Lepep à Palma. « Zame mo finn trouv enn fam osi b… ki li ». Selon lui, la MBC « a commencé à changer puisque la station a accordé un temps d’antenne de 25 minutes à l’opposition pour sa conférence de presse ». « De toutes les façons, les lois seront modifiées pour que la station devienne une BBC à la mauricienne et pour permettre l’introduction de la télévision privée », devait-il ajouter.
Commentant l’actualité du moment, il a, en parlant d’Ajay Gunness, trouvé que « Sir Anerood Jugnauth a commis un outrage à la Cour en critiquant l’instance juridique, d’autant plus que les propos ont été tenus en présence de l’avocat qui a assuré la défense d’Ajay Gunness », en l’occurrence Ivan Collendavelloo. Dans le même souffle, il a fait une sortie contre le Directeur des Poursuites publiques (DPP), Satyajit Boolell, pour sa réflexion dans sa dernière newsletter concernant l’immunité du Président de la République. Le leader du MMM a laissé entendre qu’il « prenait note de tous les exploits du DPP ». Une remarque qui n’aurait pas plus à Navin Ramgoolam, de par son « body language ».
Le Premier ministre et leader de l’Alliance de l’Unité et la Modernité, Navin Ramgoolam, a une fois de plus tenu à rassurer les électeurs sur le projet de réforme électorale et de IIe République, avançant que « tous deux viendront assurer de grands progrès dans l’espace démocratique du pays ». Et d’ajouter : « La nouvelle loi électorale permettra aux partis ayant recueilli un certain pourcentage de voix d’être représentés au Parlement et fera de la place à un plus grand nombre de femmes au Parlement ». Sur cet aspect, il s’est dit satisfait que l’alliance qu’il dirige présente 20 % de candidates sur sa liste.
Navin Ramgoolam a sévèrement critiqué sir Anerood Jugnauth qui, prévoit-il, « terminera sa carrière dans la honte, comme il le mérite ». Il a évoqué les critiques qu’aurait faites SAJ à l’égard de la communauté musulmane, « allant jusqu’à ordonner que tous les Hajees soient fouillés à leur retour du pèlerinage à La Mecque » et a déclaré que son prédécesseur « a traité les créoles de démons à une occasion et de bagasse à une autre ». Il a également repris ses critiques formulées à l’égard de Xavier-Luc Duval, son vice-Premier ministre pendant les neuf dernières années, dont celles concernant « les facilités accordées à ses proches amis ».
À noter que Siddick Maudarbaccus, candidat MMM battu aux élections de 2010, a prononcé un discours, de même que Shakeel Mohamed, député sortant et ministre du Travail. Ce dernier est toutefois hors course, ayant été officiellement présenté comme l’éventuel Attorney General.