La stratégie de la terre brûlée
La Politique de La Terre Brûlée désigne, hors du contexte militaire, l’attitude d’une personne qui, risquant de perdre face à un adversaire, saccage la place que celui-ci s’apprête à prendre afin de minimiser ses gains et de gêner toute progression ultérieure.
On pourrait reconnaître là, cette tactique dans l’annonce faite par le chef du gouvernement mauricien concernant les corrections apportées au rapport du PRB. En tout cas, dans la forme, cela y ressemble fortement ! Face à la chronique d’une défaite annoncée, Ramgoolam et ses acolytes ont joué un coup de poker, un bluff électoraliste qui dépasse l’entendement, mais qui est quasiment réussi. Qu’on le veuille ou non, ces mesures atténuent la fracture salariale ! Mais à quel prix ? Atténueront-elles vraiment la fracture sociale ?
On me dira que je joue au réactionnaire invétéré, mais je m’élèverai contre ce que je considère être un « bakshish électoral » irresponsable et dangereux ! L’incompétence de ce gouvernement se prouve encore avec ce rapport correctif du PRB 2013.
« Que le montant que l’État décaissera aux fonctionnaires passe de MUR 4,6 milliards à MUR 5,6 milliards veut dire, soit le premier rapport était incomplet, soit le second rapport est généreux. Corriger un rapport par un peu plus de 20 % donne une très mauvaise indication de la qualité du travail qui a été fait. » Pierre Dinan, économiste.