Des membres de la Street Vendors’ Association convoqués aux Casernes centrales ce matin

Quatorze marchands ambulants, regroupés sous la Street Vendors’ Association, ont été convoqués ce mercredi aux Casernes centrales dans le cadre du rassemblement illégal tenu en avril 2016.

Dans leurs dépositions, ils ont avancé n’avoir rien à dire à ce sujet. Les charges provisoires contre ces 14 marchands avaient été rayées en 2017 par manque de preuves. Aujourd’hui, la police dit être en possession de preuves concrètes, rouvrant ainsi l’enquête.

Les marchands ont retenu les services de Me Valayden. Le président de l’association, Hydar Ryman, explique que les faits remontent à 2016 quand le ministre des Administrations régionales d’alors, Anwar Husnoo, et le Lord-maire de l’époque, Oumar Kholeegan, avaient pris la décision d’évacuer les marchands ambulants des rues de la capitale. Des membres de la Street Vendors’ Association s’opposaient farouchement à cette démarche et réclamaient des rencontres avec Anwar Husnoo. « Nous étions souvent devant le bâtiment Renganaden Seeneevassen, à Port-Louis, avec l’espoir de pouvoir rencontrer Anwar Husnoo.

Au niveau de l’association, nous agissons comme facilitateurs entre les autorités et les marchands ambulants. À aucun moment, nous n’avions demandé à des marchands de venir manifester devant le bâtiment », précise-t-il. Plusieurs semaines plus tard, la police a retenu une charge contre 14 marchands ambulants, y compris le président de l’association, pour tenue illégale de manifestation devant le ministère des Administrations régionales. Le procès en cour a duré un an et, en 2017, les charges ont été rayées contre les marchands en raison de manque de preuves. « Nous étions soulagés car nous n’avons jamais voulu tenir de manifestation. Mais, depuis un mois, la police nous a appelés à plusieurs reprises.

En arrivant aux Casernes centrales aujourd’hui, nous apprenons qu’elle est en possession de preuves concrètes et souhaite rouvrir l’enquête », explique Hydar Ryman. Les 14 marchands ambulants ont sollicité les services de Me Rama Valayden. Ils ont déposé leurs versions des faits ce mercredi. « Nous avons expliqué aux policiers que nous n’avons rien à dire à ce sujet puisque nous n’avons jamais tenu de manifestation illégale », dit-il.