L’University of Technology Mauritius Employees Union (UTMEU), par le biais de son président, Vikash Sewsagur, conteste une lettre envoyée à l’Assistant Registrar de cette institution, Jayshree Geerjanan. Au niveau de la direction, on estime que la lettre envoyée par le président du syndicat « n’a aucun sens », l’Assistant Registrar ayant été appelée à mettre en application des recommandations qui lui ont été données.

La lettre envoyée par l’Acting Registrar de l’UTM, Mahen Chatturdharry, à l’Assistant Registrar, Jayshree Geerjanan, afin qu’une sanction soit prise contre elle, est qualifiée de « unwarranted warning ». Envoyée le 29 janvier dernier, cette correspondance est contestée par l’UTMEU car, selon elle, « une lettre est envoyée à un employé s’il y a preuve de mauvaise conduite ou d’une faute » suivant certaines procédures. « Elle est faussement accusée de n’avoir pas effectué le “board implementation” comme il se doit. Mais c’est totalement faux. Elle est injustement accusée », soutient Vikash Sewsagur. Selon lui, l’Assistant Registrar « n’a pas tort ». Jayshree Geerjanan a même expliqué que les « allégations faites contre elle sont uniquement une perception de l’Acting Registrar ». Les allégations, selon le syndicaliste, sont « injustifiées » et « malintentionnées ». Il poursuit : « Cette lettre d’avertissement est non recevable. De ce fait, elle l’a refusée. » L’UTMEU va dans le même sens et qualifie la lettre de « nulle et non avenue », en sus de soutenir l’Assistant Registrar.

Pour le syndicaliste, l’Assistant Registrar n’a pu expliquer son cas devant la direction. La lettre, dit-il, n’est qu’une perception de l’Acting Registrar alors que la lettre d’avertissement a déjà été envoyée. Dans une correspondance envoyée à l’Officer-in-Charge de l’UTM, l’UTMEU pointe du doigt l’Acting Registrar. « It is clear, for the University, to issue a warning letter on basis of no “faute” and just perception of an Ag. Registrar, giving no opportunity of a hearing, overlooking standard disciplinary procedures, and misleading the board in sanctioning a staff of the University, by themselves, constitute several acts of gross misconduct by the Ag. Registrar who is also the Secretary of the Board, guardian of the UTM Act and very well aware of basic disciplinary procedures of the University », explique-t-il.

Pour le syndicaliste, il faudra que ces actions disciplinaires « soient prises contre l’Acting Registrar », qualifiant son action de « gross misconduct ». Au niveau de la direction, la lettre envoyée par l’UTMEU « n’a aucun sens ». Selon une des sources auprès de l’institution, des décisions étaient prises par l’Academic Council en octobre 2018 et ont été présentées au board en novembre. Les changements avaient été approuvés par le board et des instructions avaient été données pour que tous les changements soient disséminés. « Nous avons noté des erreurs dans la lettre et nous avons envoyé une “letter of guidance” et non une “letter of warning”, dans laquelle nous lui avons dit ce qu’elle doit faire. Si elle refuse, des actions seront prises », explique cette source. Toutefois, selon elle, les actions ne doivent pas être interprétées comme des actions disciplinaires. « Nous ne sommes pas encore arrivés au niveau des actions disciplinaires. C’est étonnant que l’union soit aussi proche d’une personne du Senior Management alors que c’est souvent le contraire », dit-on.

Par ailleurs, les entretiens pour le poste de directeur général de l’UTM débutent à partir de lundi. Après le non-renouvellement du contrat de la directrice générale, Sharmila Seetulsingh-Goorah, suite à plusieurs critiques, l’UTM continue ses opérations grâce à son Officer-in-Charge, Kiran Bhujun.