« Le problème d’eau est prioritaire », a laissé entendre le Premier ministre, Pravind Jugnauth, présent lors du lancement des travaux pour le remplacement de vieux tuyaux à Rivière-du-Rempart hier soir. Le pays est ainsi appelé à devenir un vaste chantier de par les projets pour améliorer et développer le système de fourniture d’eau. Selon le PM, le rapport de la Banque mondiale rapporte un gaspillage de 60 % de l’eau dans le système de tuyautage à travers le pays. « Nous pensons que c’est encore plus », dit-il. De ce fait, pour régler à ce problème et soulager le quotidien de la population, une somme de Rs 5,6 milliards a été déboursée.
Depuis le début des travaux par la Central Water Authority pour améliorer la fourniture d’eau dans le pays, Pravind Jugnauth avance que 211 000 abonnés de la CWA ont accès à l’eau tous les jours sans interruption, soit 60 % de la population. Son objectif est de fournir de l’eau sur une base 24h/24, 7j/7 à 80 % des Mauriciens. Il appelle à la responsabilité de toute la population d’adopter une culture de préservation de l’eau au lieu de la gaspiller.
Outre l’eau, le Premier ministre se montre confiant dans la réussite de son projet de moderniser le pays. Il évoque une somme de Rs 500 millions pour divers projets d’infrastructures et Rs 3,3 milliards pour des projets au niveau de la région. En ce sens, il annonce qu’un autre terminal à l’aéroport sera nécessaire grâce aux développements qui seront apportés dans le pays. « Nous savons qu’il y existe certains manquements mais nous ferons tout avant la fin de notre mandat », dit-il. Par ailleurs, il a critiqué l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, qui selon lui ne s’inquiétait jamais des problèmes d’eau dans le pays malgré les sommes d’argent déboursées pour divers projets.
La CWA mettra en exécution une soixante de projets incessamment. Selon Yousouf Ismaël, directeur général de l’organisme, une vingtaine de projets sont déjà terminés dans différentes régions du pays. S’agissant du remplacement des tuyaux qui datent de 50 ans à Rivière-du-Rempart, il avance que « ce projet aurait dû débuter depuis longtemps car le problème d’eau date de longtemps ». D’ailleurs, une somme de Rs 121 millions a été déboursée pour soulager ces habitants qui ne reçoivent que 20 heures d’eau par jour. Ce projet de remplacement de tuyaux se terminera d’ici un an. Selon lui, ce projet se réalisera en six phases. De plus, un réservoir de 6 000 mètres cubes d’eau sera construit à Mon Loisir. La CWA « passe au peigne fin » tous les endroits pour que l’objectif de fournir de l’eau sans le moindre arrêt à la population se réalise, soutient-il.
Pour le ministre de l’Énergie, Ivan Collendavelloo, également présent lors de ce lancement, le secteur de l’eau « s’est détérioré » et a été délaissé. « Le système d’opération était critique et nous avons hérité de dettes de Rs 2 milliards », dit-il. Mais depuis 2014, il soutient que plusieurs projets ont été mis en chantier et des efforts déployés pour assurer que l’eau consommée soit propre. Par ailleurs, malgré certains ingénieurs qu’il qualifie de « lame ducks » à la CWA, il se réjouit que la grande majorité sont dévoués et travaillent d’arrache-pied pour que la CWA soit mise sur les rails. Toutefois, il regrette que le nombre d’ingénieurs soit faible à la CWA et ajoute que des ingénieurs devront être recrutés pour que la CWA puisse réussir ses projets. D’autre part, il annonce l’amélioration du réservoir d’eau de La Nicolière, de la capacité des treatment plants et l’utilisation de pompes solaires et de réservoirs en acier.
Ivan Collendavelloo a une nouvelle fois annoncé l’augmentation du tarif d’eau. « Mais nous ne pénaliserons pas ceux qui sont au bas de l’échelle », rassure-t-il. Selon ses chiffres, 56 000 familles mauriciennes bénéficient de l’exemption du paiement de leur tarif de consommation d’eau par la CWA. La raison est que ces familles en utilisent peu.
Pravind Jugnauth n’a pas mâché ses mots à l’encontre de l’opposition pour ses critiques contre le projet Metro Express. « Bann ki pe kritike zot pe get en arier », dit-il. Pour lui, les critiques ne viennent que d’une partie infime de la population. Pravind Jugnauth soutient que le projet soulagera la population en allégeant le problème de ralentissement sur les routes tous les matins. Sa vision, dit-il, est différente de celle de Navin Ramgoolam. « Mo pann rent dan politik pou ranpli coffre-fort ». Il ajoute qu’il se démarque à travers les saisies de drogue dans le pays. « Nou pou kontinie larout ki nou finn trase », dit-il.
Ivan Collendavelloo a également critiqué les adversaires du gouvernement au sujet du Metro Express. « Nos détracteurs racontent n’importe quoi. L’ancien projet coûtait Rs 29 milliards alors que le nouveau coûte Rs 18 milliards, et Rs 9 milliards obtenus en cadeau », dit-il. Par ailleurs, il se demande pourquoi le PTr allait signer un contrat pour le projet de métro alors que ses membres émettent des critiques sur le projet.