La direction de la PSSA est depuis peu en présence des nouvelles propositions pour la restructuration de cet organisme, et qui figurent dans un draft report  émanant cette fois de l’Office of Public Sector Governance. Mais le board de la PSSA n’est pas d’accord sur plusieurs points mentionnés et, surtout, ses membres sont « très mécontents » concernant les critiques sur le fonctionnement de cette instance. Selon le document, le board serait en effet miné par des « divergent interest » et des « discussions résultant en conflits ouverts ». Le board avait invité  hier après-midi des officiers de l’OPSG à une réunion pour leur communiquer son opinion sur ce “draft report”. C’est lors de cette rencontre, qui a duré plus d’une heure, que l’OPSG a confirmé la visite, dans les prochains jours, d’un expert de l’Union européenne pour une évaluation du système de l’éducation secondaire à Maurice, et qui aura aussi pour attribution de proposer « a new and more effective grant formula ».
Ce “Draft report on the restructuring fo the Private Secondary School Authority” de l’OPSG, en date de juillet 2014, fait suite à un autre récent rapport sur le même sujet (“Rethinking and stategizing PSSA’s Corporate & Internal Policies and Actions”) soumis par un sous-comité du board de la PSSA. La remarque figurant dans ce “draft report” qui provoque la colère des membres du board de cet organisme ces jours-ci est la suivante : « The board has 13 members with a good representation of all major stakeholders. This in itself is positive but given that the stakeholders have divergent interest, discussions have reportedly often been evolved into open conflict. It is important that the board operates as a coherent body. »  
Une autre remarque qui provoque un certain agacement au sein du board de la PSSA concerne l’indiscipline des élèves. On peut lire en effet dans ce document de l’OPSG que « l’indiscipline in private schools is also a major concerne if not worse than in state schools ». Des membres du board laissent entendre que l’OPSG risquent à coup sûr de s’attirer la colère des responsables des collèges privés avec un tel  constat.
Mais il n’y a pas que du négatif dans ce document et on relève, par exemple, l’appréciation de l’OPSG concernant la gestion financière de cet organisme. « The PSSA performance as an agencty for Government for the last five years has been satisfactory, achieving a small surplus from its operations », écrivent les rédacteurs, qui prévoient une bonne santé financière de cette institution de Beau-Bassin pour les cinq prochaines années car elle pourra maintenir « the trend of a surplus » puisqu’il n’y a pas de projets coûteux à l’agenda.
À la fin de cette réunion d’hier après-midi, des membres du board avaient un sentiment mi-figue mi-raisin. Certes ils sont satisfaits d’avoir pu communiquer les points avec lesquels ils ne sont pas d’accord et ont obtenu l’assurance des officiers de  l’OPSG que leurs opinions seront prises en considération au moment de finaliser le rapport. En revanche, ils sont quelque peu deçus de n’avoir pas obtenu des « réponses claires » sur plusieurs aspects importants de ce document. « Ils veulent qu’on  change le système de paiement de grants, mais ils ont été incapables de nous proposer quelque chose », cite en exemple l’un d’eux.
Revenons donc sur les principales recommandations de ce “draft report”, qui provoquent tant de réactions au sein de l’organisme de Beau-Bassin :
– Le regroupement des collèges en quatre catégories
Selon l’OPSG, la PSSA devrait pouvoir faire un classement des collèges “grant-aided” et les regrouper selon leurs performances, et l’OPSG suggère quatre catégories : les “high performers”, les “average performers”, les “low performers with potential for improvement” et les “low performers with substandard infrastructure”. Il propose à la PSSA d’élaborer un plan d’action adapté aux besoins de chaque groupe de manière à aider les collèges se trouvant à chaque palier de rehausser leur niveau « with a view to help them move to the next high level ». Mais l’OPSG ajoute qu’il est fort probable que les collèges se trouvant dans la catégorie “low performers with substandard infrastructure” soient confrontés à la fermeture dans un avenir proche.
– Nouvelle composition du board  
« It is important that the board should be reviewed to have a more coherent board with less stakeholders so that the PSSA can freely exercice its regulatory function as provided by the PSSA Act. » Il est souhaitable, dit l’OPSG, que la PSSA ait des consultations avec tous les stakeholders du secteur avant de prendre les décisions à ce sujet.
– Révision de la formule pour l’octroi des subventions
L’OPSG estime « urgent de revoir le système pour le paiement des grants aux collèges privés » et rappelle que la formule actuelle, en vigueur depuis plus de deux décennies, visait au départ principalement une amélioration de l’environnement physique des écoles ainsi que la qualité des facilités académiques/ récréatives et autres offertes aux élèves. Selon l’OPSG, la formule a bien fonctionné et a donné les résultats espérés, et il est donc temps maintenant d’avoir un nouveau système visant la performance  des écoles. L’OPSG mentionne alors le recrutement d’un consultant pour entreprendre une évaluation du secteur de l’éducation secondaire à Maurice en comparaison avec les pays ayant un système similaire « with high performances » et qui aura pour attribution de proposer « a new and more effective grant formula ».
– “Self assessment” des collèges
On relève que l’OPSG ne rejette pas totalement l’idée  que les responsables des collèges entreprennent eux-mêmes l’évaluation des facilités existantes dans leur établissement pour l’obtention du montant des grants. Toutefois, cet organisme recommande beaucoup de précautions dans la mise en pratique d’un tel système. « Self appraisal may be a very convenient way of making assessment of works done but if it used to authorize the disbursement of public funds thent it should be taken with extreme precaution », dit l’OPSG, qui ajoute que « such system should contain sufficient checks and balances to ensure that public funds are not overspent ».  
– Monitoring & Evaluation System
La PSSA doit  mettre en place un mécanisme pour contrôler et évaluer la performance de tous les collèges qui sont enregistrés auprès de cet organisme.
– Bonne gouvernance et éthique professionnelle
Le board de la PSSA devrait pouvoir proposer un code d’éthique à l’intention de ses directors pour prévenir contre les conflits d’intérêt et promouvoir l’éthique professionnelle.
– Évaluation de la performance du board
Une évaluation de la performance du conseil d’administration, à intervalle régulier, est souhaitable. Et cela peut se faire selon un modèle de “self appraisal”. L’OPSG souligne qu’une telle proposition est aussi mentionnée dans le rapport “Rethinking and stategizing PSSA’s Corporate & Internal Policies and Actions”. Une telle évaluation, selon l’OPSG, est aussi valable pour les cadres de l’organisme.