Depuis octobre dernier, l’école hôtelière Vatel (Maurice) a ouvert une branche rodriguaise qui accueille actuellement 20 jeunes de l’île, inscrits au cours menant au Bsc International Hotel and Tourism Management. Pour diriger la première école hôtelière privée payante de l’île, Vatel Maurice a fait appel à Issana Agathe, une jeune Rodriguaise de 28 ans. En cuisine ou en classe, c’est une équipe rodriguaise rodée qui a la charge de former les prochains professionnels de l’hôtellerie.

Pour mener à bon port son antenne rodriguaise, Pôle Formation Tourisme Rodrigues, la Vatel International Hospitality School de Maurice a fait confiance à deux jeunes femmes. En l’occurrence Issana Agathe, Business Development Manager et Anne Lise Philippe-Félicité, chargée de cours et formatrice en “self-image”. Rencontrées dans les nouveaux locaux de la branche rodriguaise, à Contour Oblass, non loin de Port-Mathurin, les deux jeunes femmes ne cachent pas leur légitime fierté en parlant de leurs responsabilités respectives.

Elégantes et décidées, Issana Agathe et sa collègue, Anne Lise Philippe-Félicité, affichent d’emblée l’assurance et l’enthousiasme de cette nouvelle génération à l’âme patriotique, dont Rodrigues a grandement besoin pour avancer. Se disant aussi conscientes du challenge qui leur a été proposé par Vatel Maurice, Issana Agathe, 28 ans, et Anne Lise Philippe-Félicité, savent bien que le succès de la première école privée du genre à Rodrigues repose sur elles. Mais leurs épaules sont solides et elles peuvent aussi compter sur le chef Jean-Alain Jolicoeur – également Rodriguais et fraîchement intronisé disciple d’Escoffier – qui assure la formation des étudiants en cuisine. Après une longue carrière à Maurice où il a dirigé les cuisines d’un groupe hôtelier, cet habitant de Graviers, dans le Sud-Est de l’île, a décidé lui aussi de rentrer au pays pour tenter cette nouvelle aventure.

Des chambres d’application

Le cadre est à couper le souffle. La structure qui abrite Vatel Rodrigues, un ancien restaurant, est nichée en hauteur, surplombant ainsi une vallée luxuriante, paisible et verdoyante, tout en offrant une vue panoramique sur Port-Mathurin et le lagon. Mais au-delà de sa position, l’établissement, qui a ouvert ses portes à 20 étudiants en octobre dernier, dispose aussi d’une salle de restaurant et, contrairement à Vatel Maurice, de 4 chambres d’application portant chacune le nom d’un fruit local. Ces chambres confortablement aménagées pourront accueillir des visiteurs qui auront droit à des prestations d’hôtel assurées par les étudiants sous la supervision d’Issana Agathe et Anne Lise Philippe-Félicité.

Le parcours de ces dernières était tout tracé pour qu’elles apportent, désormais, comme elles le disent, leur “grain de sel” dans le secteur touristique de Rodrigues. “J’avais l’occasion de faire une carrière à l’étranger. J’aurais pu faire le choix de ne pas rentrer à Rodrigues après mes études à Maurice. Mais ma vie est là, et je veux contribuer au développement de mon île. On ne peut pas dire que Rodrigues a besoin de ses cerveaux et ne pas participer à son émancipation économique !” dit Issana Agathe. Renchérissant, Anne Lise Féllicité qui a eu aussi la possibilité d’acquérir de l’expérience dans le secteur hôtelier à l’étranger, concède que c’est dans son île qu’elle est plus à l’aise et qu’elle peut vivre pleinement son identité tout en étant une professionnelle. D’ailleurs, confie cette dernière, détentrice d’un BTS en tourisme, elle doit la première place de sa promotion à l’école hôtelière Sir Gaëtan Duval à sa détermination. “J’étais la ‘petite Rodriguaise’. La seule de ma promotion. J’ai voulu m’affirmer et montrer de quoi la ‘petite Rodriguaise’ était capable !” Après avoir travaillé pour un tour opérateur à Maurice, elle rentre à Rodrigues en 2015 et prend de l’emploi à Air Mauritius où elle est assistante au service clientèle, avant de rejoindre Vatel Rodrigues.

Cours  sponsorisés

Quant à Issana Agathe, ancienne élève de Rodrigues College, elle détient aussi un BTS en gestion touristique et une licence en gestion touristique et hôtelière. La jeune femme qui a travaillé pendant huit ans dans le secteur du tourisme à Maurice est rentrée à Rodrigues pour prendre les rênes de l’école, en octobre dernier. Elle explique que l’établissement de formation dispense les mêmes cours – sur une durée de 3 ans- que celui de Maurice. Cependant, à environ Rs 180 000, les cours sont moins chers qu’à Maurice et sont aussi sponsorisés en grande partie par le gouvernement régional.

Par ailleurs, la directrice de Vatel Rodrigues explique que l’école met son restaurant à la disposition des Rodriguais et autres visiteurs qui souhaiteraient découvrir la cuisine locale revisitée par le chef Jean-Alain Jolicoeur. La clientèle ciblée est celle qui saurait apprécier une cuisine semi-gastronomique dans un cadre idyllique.