Le procès intenté à Marie Christelle Isabelle Bibi, qui fait face à trois accusations de blanchiment d’argent en Cour intermédiaire, a été marqué hier par l’audition de Tony Riacca, qui devait identifier Christelle Bibi comme étant celle à qui il a remis une somme de Rs 180 000 sur les instructions d’un dénommé Ramesh. L’accusée a quant à elle nié les accusations dont elle fait l’objet, avançant n’avoir « jamais reçu » d’argent de Tony Riacca.

Marie Christelle Bibi est poursuivie sous trois accusations de blanchiment d’argent en Cour intermédiaire. Il lui est reproché d’avoir reçu Rs 180 000 en trois tranches sous les instructions d’un certain Ramesh. La jeune femme avait été arrêtée le 23 mai 2017 par les enquêteurs de l’ADSU, à la suite des dénonciations de Navin Kistnah dans le cadre de la saisie record de 135 kg d’héroïne dans le port. Tony Riacca, qui a écopé de trois ans de prison en Cour intermédiaire, sous 12 accusations de blanchiment d’argent, agissait comme intermédiaire pour des caïds de drogue, comme Peroumal Veeren, pour des transferts d’argent.

Lors du procès, il a positivement identifié Christelle Bibi comme étant celle qui avait reçu les sommes d’argent en trois occasions. Lors de son témoignage, il a avancé avoir « remis ces sommes d’argent à Christelle Bibi à trois reprises », soit Rs 40 000, Rs 70 000 et Rs 70 000 respectivement, le tout totalisant Rs 180 000. Tony Riacca devait avancer qu’il agissait « sous les instructions du dénommé Ramesh par téléphone ».

Marie Christelle Bibi devait quant à elle avancer n’avoir « jamais reçu d’argent de Tony Riacca » mais qu’elle l’avait rencontré à deux reprises, quand il lui avait remis des vêtements et des chaussures, qui devaient être apportés à Peroumal Veeren. Elle devait aussi avancer « ne pas connaître le dénommé Ramesh ».

Lors du procès, quatre autres témoins ont été entendus, dont l’inspecteur Lepois, qui a produit et lu une déposition de Marie Christelle Bibi, relative à la une parade d’identification effectuée et lors de laquelle elle avait été identifiée par Tony Riacca. Marie Christelle bibi est défendue par Me Alwin Juwaheeer alors que la poursuite, par Me Azam Neerooa, Assistant DPP.