Le porte-parole du Parti travailliste, Arvin Boolell, dans une conférence de presse donnée ce matin, a affirmé que le Ruling de la Cour permanente d’arbitrage sous la Convention des droits de la mer constitue une avancée historique dans les efforts de Maurice en vue de retrouver sa souveraineté sur les Chagos. « Ce Ruling démontre que l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam et son gouvernement ont eu raison de recourir à cette instance internationale pour contester la création de la zone marine protégée autour de l’archipel des Chagos (à l’exception de Diego Garcia) par le gouvernement britannique sans consultation avec le gouvernement mauricien », dit-il.
Arvin Boolell, qui était entouré des membres de l’exécutif du Parti travailliste s’est réjoui que toute la presse ait reconnu la pertinence de la décision de l’ancien gouvernement d’avoir recours à ce forum international, en dépit des réactions négatives de certains dirigeants politiques qu’il n’a pas cité.
La « Dissenting Opinion » exprimée par deux des trois membres du tribunal a permis, selon Arvin Boolell, de démontrer la mauvaise foi des Britanniques. En effet, le communiqué de presse publié par la Cour permanente d’arbitrage insiste sur le fait que les deux juges auraient dû considérer qu’il avait juridiction pour étudier les revendications de Maurice concernant « the identity of the Coastal State ». « The Dissenting and Concurring Opinion also expressed the view that the Tribunal should have exercised that juridiction to hold the United Kingdom’s detachment of the Chagos Archipelago from the colony of Mauritius in 1965 was contrary to the principles of decolonization and self-determination », souligne le communiqué. M. Boolell rappelle « l’arrogance » avec laquelle l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband avait traité les revendications mauriciennes. Il rappelle que ce dernier avait essayé de mobiliser des ONG en Grande Bretagne pour les rallier à sa cause.
Arvin Boolell se réjouit du Ruling du tribunal concernant l’illégalité de la création par la Grande Bretagne de la zone marine protégée sans consultation avec Maurice. Le communiqué de la Cour permanente d’arbitrage souligne que « The tribunal went on to find unanimously that, as a result of undertakings given by the United Kingdom in 1965 and repeatedly thereafter, Mauritius holds legally binding rights to fish in the waters surrounding the Chagos Archipelago, to the eventual return of the Chagos Archipelago to Mauritius when no longer needed for defence purposes, and to the preservation of the benefit of any minerals or oil discovered in or near the Chagos archipelago pending its eventual return ».
« Le Ruling donne à l’ancien gouvernement le mérite qu’il faut », dit Arvin Boolell. Il a annoncé qu’un comité présidé par l’ancien ambassadeur de Maurice à New York, Milan Meetarbhan, épluchera le rapport de la Cour permanente d’arbitrage. « Le tribunal a fait un très bon travail et renforce nos aspirations ; nos demandes sont légitimes ».
Répondant à des questions de la presse, Arvin Boolell a fait comprendre que le PTr est disposé à collaborer avec le GM sur cette question de portée nationale.=