Photo illustration

Ce n’est un secret pour personne que certains joueurs de football de la Mauritius Premier League (MPL) sont toujours dans l’attente de leurs salaires. Tout simplement aberrant. Contacté au téléphone, le président du comité directeur de l’instance footballistique, Éric Lim (également président du club de Pamplemousses, champion de Maurice en titre), qui n’est pas au pays, a fait ressortir que le problème était réglé et que tout était sous contrôle…

Eric Lim, président du comité directeur de la MPL, affirme que la situation est
sous contrôle

Contacté en novembre dernier, le président du comité directeur de la MPL, avait clairement spécifié dans nos colonnes que “Ce qui nous importe, c’est le bien-être des joueurs, qu’ils soient rémunérés comme il se doit, et qu’il n’y ait pas de retard dans les salaires. Nous allons travailler dans la transparence. Si en cours de saison, nous rencontrons des difficultés, nous n’hésiterons pas à revoir la formule. L’objectif est de rester le plus professionnel possible. Notre mission est de maintenir le football professionnel à flot. Toutes les parties concernées, que ce soit la MFA, la PFL, ainsi que les clubs membres siégeant au sein de la PFL et le MJS souhaitent faire avancer le football, et aussi s’assurer qu’un tel projet puisse survivre dans la durée.”

Force est de constater qu’on a toujours du souci à se faire, car certains joueurs sont en manque de motivation, n’ayant pas été rémunérés par leurs clubs respectifs. Un problème récurrent au sein du sport roi local, et ce, depuis un moment déjà. Toutefois, Eric Lim est catégorique à ce sujet, “Le problème a été réglé au début du mois de janvier. Nous avons rencontré le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint qui a apporté sa pierre à l’édifice en s’impliquant financièrement pour faire redresser la barre. Le salaire des joueurs, c’est l’affaire des clubs désormais. C’est une question de bonne gestion. Tous les clubs doivent s’impliquer afin que nous puissions faire bouger les choses, et qu’il n’y ait pas d’excuse de la part de certains clubs comme ce fut le cas dans le passé. Les clubs doivent développer leur autonomie et assurer ainsi la pérennité”, a confessé notre interlocuteur.

Il faut toutefois précisé, que chaque club bénéficie d’une enveloppe de Rs 170,000 mensuellement alors qu’auparavant il touchait Rs 300,000. “C’est dans cette optique que les clubs pourront désormais faire appel directement à plusieurs sponsors qui seront prêts à les aider financièrement. Ces clubs seront d’ailleurs beaucoup plus impliqués que par le passé. Je tiens à le préciser une nouvelle fois, c’est au club de payer le salaire de leurs joueurs. C’est leur responsabilité. Étant moi même président de club, j’ai le devoir de veiller au bien-être de mes protégés,” a renchérit Eric Lim. Espérons que la situation se décante au plus vite et que cela ne devienne pas une affaire d’état. Pour rappel, la Mauritius Professional Football League avait mis la clé sous le paillasson après trois ans d’activités au terme de la saison 2016-17. Cette année, c’est le MJS qui demeure le partenaire le plus important de ce projet, avec une somme de Rs 17 M allouée, à la cause du football.