Si vous souffrez d’asthme, vous faites partie du grand nombre de personnes pour qui la moindre irritation respiratoire peut virer au calvaire. Avec l’été qui bat son plein, l’augmentation de l’humidité et des allergènes, comme le pollen et les acariens, peut être un déclencheur de la maladie.
Quelque soit la saison, l’asthme ne devrait toutefois plus être une entrave à une vie normale car la médecine moderne permet un contrôle presque parfait de la maladie. La première étape est de se soumettre aux tests nécessaires à l’évaluation de la sévérité de l’asthme.
« Il faut effectuer, au moins une fois au début du traitement, une radiographie pulmonaire et une spirométrie (test qui mesure la fonction pulmonaire). Ce test permet de confirmer le diagnostic, d’évaluer la sévérité de l’asthme et de s’assurer que le traitement est efficace. Il est également recommandé de faire des tests d’allergies respiratoires et de se faire vacciner contre la grippe car les infections virales sont les causes principales de l’asthme », explique le Dr Devaraj Keser Pillai, consultant en médecine interne et médecine respiratoire à l’hôpital Apollo Bramwell.
Le traitement de base demeure les corticoïdes inhalés ou ce qu’on appelle communément « pompes ». Ces médicaments n’ont pas d’effets secondaires puisque la substance n’entre pas dans le sang et on peut donc s’en servir à très long terme, sous la supervision d’un médecin.
« Les patients souffrant d’asthme doivent comprendre que les traitements préventifs sont de longue durée. Ils doivent donc utiliser leurs médicaments tous les jours, même s’ils se sentent bien, car s’ils arrêtent le traitement, les symptômes reviendront », précise le Dr Keser Pillai.
Il est aussi essentiel que les asthmatiques ne fument pas et ne soient pas entourés de fumeurs. De plus, il est recommandé qu’ils fassent de l’exercice régulièrement, chose qui est parfaitement possible si l’asthme est sous contrôle.
« Saviez-vous qu’un quart des médaillés olympiques sont des asthmatiques sous traitement ? L’objectif principal de la prévention est justement qu’une personne puisse vivre normalement. Il faut aussi préciser qu’avec le traitement moderne de l’asthme, il est très rare qu’un patient meurt d’une crise. Si cela arrive, ce serait uniquement dans des cas où le patient a trop tardé pour se faire soigner ou s’il existe des facteurs qui ont compliqué la maladie tels que le diabète, un problème cardiaque ou une infection pulmonaire », ajoute le Dr Keser Pillai.
En cas de crise aiguë, le service d’urgences 24/24 d’Apollo Bramwell assurera la prise en charge des patients. La crise aiguë est considérée comme une urgence médicale car sans aide immédiate, un patient risque même sa vie. Ce scénario peut toutefois être évité si le patient se soumet à un suivi médical régulier, un traitement préventif pouvant améliorer considérablement sa qualité de vie.