Les conseils d’administration de Deep River-Beau Champ Limited (DRBC) et de Flacq United Estates Limited (FUEL) ont approuvé lundi la proposition de fusion des deux sociétés, cela après environ cinq mois de discussions. Cette fusion, qui devrait prendre effet au plus tard le 30 juin, verra les activités de FUEL et DRBC se regrouper sous l’entité DRBC.
La décision des conseils d’administration de DRBC et FUEL est sujette à l’approbation des autorités concernées, des actionnaires (ces derniers seront convoqués à une assemblée spéciale dans les prochaines semaines) ainsi que l’accord préalable de certains tiers incluant les banques. Dans une communication adressée aux actionnaires ainsi qu’aux investisseurs boursiers, les directeurs des deux sociétés indiquent qu’un document sur le projet de fusion leur sera envoyé bientôt.
Se basant sur un rapport d’évaluation de DRBC et de FUEL préparé par les firmes comptables PricewaterhouseCoopers et Ernst & Young, les deux conseils d’administration ont donné leur accord pour un échange selon le ratio suivant : l’actionnaire de FUEL recevra, pour chaque action détenue dans sa société, 0,90 action de DRBC. « Les actionnaires seront informés, dans les jours à venir, des modalités de ce projet de fusion qui fera l’objet d’une assemblée spéciale des actionnaires au cours de laquelle ces derniers seront appelés à entériner la recommandation des conseils d’administration », annonce Patrick D’Arifat, Chief Executive Officer de DRBC dans un communiqué de presse.
Commentant le projet de fusion, Joseph Vaudin, Chief Executive Officer de FUEL, déclare qu’il se réjouit du feu vert donné par les conseils d’administration des deux sociétés. « Ce n’est d’ailleurs pas une surprise car cette fusion s’inscrit dans la logique de la réforme sucrière et dans l’intérêt national. Par ailleurs, la complémentarité de DRBC et de FUEL dans leurs différentes activités ne fait que confirmer le rationnel de cette fusion », ajoute-t-il.
Dans les milieux de DRBC et de FUEL, on estime qu’à travers la fusion, la pérennité de leurs activités est assurée. « Les synergies dégagées par les deux compagnies leur permettront de réaliser leurs fortes ambitions régionales. Les deux groupes DRBC et FUEL sont tous deux impliqués dans d’autres secteurs tels que l’agro-industrie, la production d’énergie et le développement immobilier », précise le communiqué de presse.
DRBC produit environ 165 000 tonnes de sucre par an et son chiffre d’affaires s’élève à plus de Rs 3 milliards. Le groupe, qui emploie environ 2 780 personnes, possède une usine sucrière en Tanzanie, TPS Ltd, et en partenariat avec Tereos, géant européen du sucre. DRBC est partenaire d’un important projet de développement résidentiel (Integrated Resorts Scheme), Anahita World Class Sanctuary. Le groupe a fait récemment l’acquisition du groupe World Tropicals, spécialisé dans la culture et la vente de fleurs et autres produits horticoles destinés à l’exportation et au marché local.
Filiale de GML Investissement Ltée, FUEL compte quelque 1 250 employés. Son chiffre d’affaires se situe également à près de Rs 3 milliards. FUEL produit 94 000 tonnes de sucre par an et opère depuis 2009, en partenariat avec DRBC, une raffinerie moderne, FUEL Refinery Ltd, d’une capacité journalière de 600 tonnes de sucre. FUEL opère également une centrale thermique (FSPG) de 40 mégawatts qui fut en 1984 un pionnier dans la génération d’électricité bagasse/charbon.
Cotées sur le second marché de la Bourse, le Development and Enterprise Market, DRBC et FUEL comptent environ 800 et 2 000 actionnaires respectivement.
Après la fusion, la nouvelle entité créée demandera son admission sur le marché officiel.