Photo d'illustration

Même s’il est bien évidemment très prématuré de parler de changement de comportement des automobilistes après la récente entrée en vigueur des nouvelles mesures dans le paysage de la sécurité routière à Maurice, des observateurs aguerris avancent que celles-ci ont pu avoir un impact direct sur la tendance des accidents fatals. Les chiffres disponibles dans le milieu des Casernes centrales confirment que depuis l’application de la nouvelle loi, soit en date du lundi 27 juillet, une victime a été enregistrée sur nos routes. Cette indication est à prendre avec des pincettes, car les plus fervents défenseurs de la sécurité routière maintiendront qu’un mort sur nos routes demeure toujours un mort de trop.
Les recoupements d’informations en fin de semaine auprès des sources policières indiquent que depuis l’entrée en vigueur des amendements à la loi, un accident fatal a été enregistré. Ce drame est survenu à Riche-en-Eau le lundi 3 août dernier, aux alentours de 6 heures du matin, avec trois piétonnes renversées par une moto sur la route principale. Au moment de l’accident, ces trois laboureuses se rendaient sur leur lieu de travail. Blessées, elles ont été transportées d’urgence à l’hôpital. Moins de deux heures plus tard, l’une d’entre elles devait rendre l’âme à l’hôpital Nehru. Il s’agit de Vidiawtee Murugan, âgée de 58 ans et habitant Riche-en-Eau. Ainsi, le bilan depuis la mise en application des nouvelles mesures est d’un mort  en un plus d’une semaine et demie (NDLR : du lundi 27 juillet au vendredi 7 août).
Cette tendance est nettement moins inférieure à celle observée depuis le début de cette année avec une moyenne de 2 à 3 morts enregistrés par semaine faisant un total de 84 victimes à 26 juillet 2015. Un des observateurs de la sécurité routière, Alain Jeannot, de l’association Prévention Routière Avant tout (PRAT), approché par Week-End, explique qu’«il est clair que c’est prématuré d’établir un rapport direct; toutefois, tout laisse croire que cette baisse a un lien avec un changement de comportement des automobilistes sur la route. L’application de ces mesures est un signal de l’état. Certains automobilistes ont pu croire qu’il y avait une certaine complaisance du gouvernement avec l’annulation du système du permis à points et la désactivation des speed-cameras depuis fin 2014. Mais ces amendements à la loi viennent démontrer le contraire».
D’autre part, les autres chiffres compilés par la Traffic Branch depuis les nouvelles mesures indiquent qu’un total de plus de 1600 contraventions ont été établies pour différents délits au Code de la route. Pour ce qui est des excès de vitesse, au moins 669 contraventions ont été dressées aux automobilistes. En parallèle, un bon nombre d’automobilistes doivent redoubler de vigilance, ayant déjà commis des infractions figurant sur la liste des onze délits de la First Schedule de la Road Traffic (Amendment) Act de 2015 et menant à la disqualification du permis de conduire. à ce jour, on note plus de 480 contraventions pour des délits tombant sous cette liste. Encore faut-il le rappeler qu’au bout de six contraventions pour des délits dans cette liste sur une période de 24 mois, ils seront disqualifiés de détenir un permis de conduire pour une période de pas moins de six mois et pas plus de 12 mois, selon les nouvelles dispositions légales.