Shidan Ragavoodoo brigue les suffrages sous la bannière de Rezistans ek Alternativ dans la circonscription N° 16 (Vacoas/Floréal). Âgé de 25 ans, il est travailleur social au sein de Bring A Smile link, association qui encadre des jeunes de 12 à 16 ans pour qu’ils puissent mieux exprimer leurs émotions à travers l’art et l’alphabétisation.
Le jeune homme s’est joint à Rezistans ek Alternativ il y a 18 mois lorsqu’il a compris qu’il fallait s’engager en politique pour changer les choses. Cela fait cinq ans que cet habitant de La Marie travaille au sein de Bring A Smile link. « Nous sommes à La Marie. On a travaillé avec Caritas, de Solitude, SOS Bambous et l’École de la vie de Baie-du-Tombeau. » Notre interlocuteur souligne qu’après avoir travaillé plusieurs années avec les jeunes, il a remarqué qu’il est souvent difficile pour eux de faire face à la société une fois majeure « parce que c’est un problème systémique ». Pour illustrer ce dysfonctionnement, il cite l’exemple d’une jeune qui, à sa majorité, a été contrainte de quitter SOS Village et a fini par devenir prostituée. « Avec une structure adéquate, on peut éviter ce genre de situation. On peut proposer une formation et un logement décent à la majorité afin de leur permettre de démarrer sur de bonnes bases pour construire leur avenir. » Il affirme avoir rejoint Rezistans ek Alternativ pour sa vision différente de l’éducation. « Dans le mainstream, on met l’accent sur la réussite de l’individu en vue d’avoir un emploi bien rémunéré. Pour moi, l’éducation doit être basée sur le savoir-vivre et le travail en communauté. »
Shidan Ragavoodoo note un problème majeur dans la circonscription N° 16 (Vacoas/Floréal), où il est candidat et habitant : la distribution d’eau. « Il est inacceptable que, dans une île tropicale, nous ayons des problèmes de distribution d’eau. À La Marie, nous avons l’eau seulement quatre heures par jour depuis des dizaines d’années. C’est tout simplement une mauvaise gestion de l’eau. »
Le jeune homme privilégie le porte-à-porte lors de la campagne électorale. « Kan nou zwen zot, nou trouve ki zot ena enn lespwar. Zot trouve ki se pa enn parti ki pe vinn vann rev ar zot. Nou pa desan de bann gro-gro loto pou fer fezer ou intimid zot. Nou sinp kouma zot e zot retrouv zot an nou. Pena diferans de klas. » Il invite les électeurs à réfléchir et ne pas voter pour un projet de privatisation du secteur de l’eau. Car, dit-il,« l’eau, c’est la vie ! »