Le père Jocelyn Grégoire, président de la Fédération des Créoles Mauriciens (FCM), qui exerce à l’Université de Pittsburg (États-Unis), sera de retour à Maurice jeudi prochain. Il revient, certes, pour animer un rassemblement – prévu depuis longtemps – marquant le 5e anniversaire de la fondation de son mouvement. Mais plus que jamais, Jocelyn Grégoire sait que le pays va être très attentif à son message, vu le contexte politique trouble du moment.
En effet, bien qu’échaudé par l’amère expérience qu’il a vécue lors des dernières élections générales, en 2010, quand, après l’avoir bien instrumentalisé, nombre de ses principaux lieutenants l’avaient, à la veille du scrutin, complètement largué et détourné son mot d’ordre de neutralité pour rejoindre le camp travailliste, beaucoup d’observateurs ne s’imaginent pas que le singing priest puisse rester complètement insensible aux récents bouleversements qui font l’actualité. Plus particulièrement, ceux qui concernent la nouvelle configuration politique qui découle de la démission de sir Anerood Jugnauth de la présidence de la République, et la reconstitution de l’alliance MMM-MSM de l’an 2000.
Déjà, certaines associations créoles ont commencé à faire monter, indirectement, la pression sur l’organisation de l’homme religieux. N’était-ce le mauvais temps qui a prévalu cette semaine, Edley Chimon, l’homme fort du Parti travailliste à Curepipe (derrière lequel oeuvre, sans aucun doute permis, Amédée Darga) et une dizaine d’associations créoles devaient se réunir pour discuter de leur positionnement futur. Chimon était un des principaux bras droits de Jocelyn Grégoire qui l’avait profondément déçu. Il va sans dire que le candidat malheureux du Parti travailliste à Curepipe-Midlands aux élections de 2010, qui nourrit de grandes ambitions au niveau national, voudrait naturellement convaincre les créoles qu’ils ont tout intérêt à mettre leurs oeufs dans le seul panier rouge. D’autant que, selon certaines analyses éthno-politiques, il y aurait une place à prendre si l’électorat musulman du Parti travailliste s’effritait de plus en plus en faveur du MMM-MSM, comme l’indiquerait la tendance actuelle. Ce qui est notamment le cas à Port-Louis, où des agents rouges notoires abandonnent la barque de Navin Ramgoolam pour offrir, du jour au lendemain, leurs services – sans doute très désintéressés – au parti de sir Anerood Jugnauth.
Certains dirigeants d’associations créoles eux-mêmes avouent avoir aussi à l’oeil le Premier ministre, question de voir à qui il va finalement apporter son soutien pour une nomination à la présidence de la République. « Pour le moment, la vice-Présidente, Mme Monique Bellepeau, va suppléer SAJ. Mais le temps est venu pour que ce soit un membre de la communauté créole qui occupe le fauteuil du Réduit pour un mandat plein après la courte parenthèse Karl Offmann (2002-2003). Sans oublier que, outre de démontrer que les créoles ont comme toute autre communauté la place qui leur revient dans ce pays, en nommant Mme Bellepeau, Navin Ramgoolam pourra ensuite légitiment se vanter d’avoir permis à une femme d’occuper pour la première fois dans l’Histoire la plus haute fonction du pays », soutient un de ces dirigeants créoles connu pour ses sorties intempestives, mais qui, prudent cette fois, a réclamé l’anonymat.
Tout en devant être confronté aux dirigeants créoles pro-travaillistes, le toujours charismatique Jocelyn Grégoire a également dans son entourage des supporters de l’alliance MMM-MSM. Mêmes si ceux-ci avaient été complètement neutralisés aux dernières élections par la bande d’un tandem composé d’Edley Chimon et de Mario Gangy. Ce qui fait que le père va se retrouver repris entre deux feux !
Les plus optimistes des partisans de l’homme religieux croient savoir qu’il a bien retenu la leçon et qu’il saura, cette fois, être à la hauteur du voeu de son chef hiérarchique, l’Évêque de Port-Louis. Mgr Maurice Piat a déjà publiquement souhaité « que Jocelyn ne fasse pas de politique ». Pour ceux-là, la réussite d’un retour sans embûches du prêtre sur le terrain serait qu’il évite soigneusement le genre de formules qui prêtent à controverse, comme « votez avec votre coeur… » ou encore « la clé du succès pour les créoles… ».
C’est en tout cas tout ce que lui souhaitent ses well wishers, qui sont encore nombreux et qui, autrement, l’adorent encore pour la passion que Jocelyn Grégoire met dans sa mission de rassembleur sous une nation qu’il veut arc-en-ciel !
———————————————————————————————————————————
Rencontre Navin Ramgoolam/Jocelyn Grégoire, demain
Venu aux nouvelles de sa mère souffrante, Jocelyn Grégoire croyait devoir passer un petit moment discret à Maurice. C’était sans compter les turbulences politiques du moment. Sollicité par un conseiller du PM, il rencontre Navin Ramgoolam demain à midi. Il aura  également des rencontres avec Paul Bérenger ainsi qu’avec Sir Anerood Jugnauth avec qui il a récemment eu des discussions à la State House.