La dissolution de l’Assemblée nationale survient alors que la plainte de Rezistans ek Alternativ (ReA) contre le best loser system est toujours en cour. Pour Stefan Gua, il n’est pas question que les candidats du parti déclinent leur appartenance ethnique. Au cas où leur candidature serait rejetée, ReA envisage d’avoir recours à la Cour suprême.

D’emblée, Stefan Gua condamne l’attitude du gouvernement, qui n’a pas pris en considération les recommandations des Nations unies pour les prochaines élections. Il rappelle qu’en 2014, il y avait un mini-amendement, qui aurait pu être renouvelé si l’affaire en cour n’était toujours pas complétée. « De toutes les façons, nous n’accepterons jamais que notre candidature soit rejetée à cause de la classification communale. Si tel est le cas, nous prévoyons de contester les élections en cour. D’ailleurs, nous avons déjà commencé à discuter avec nos hommes de loi à ce sujet. »

Selon Stefan Gua, le parti s’appuiera sur les recommandations des Nations unies et le jugement de la Cour suprême, pour statuer sur sa position. « Si le gouvernement savait qu’on allait vers la dissolution avant la fin de notre affaire, il aurait pu proposer de renouveler le mini-amendement de 2014. Mais il ne l’a pas fait. »

En attendant le Nomination Day pour être fixé sur la question, Rezistans ek Alternativ peaufine sa stratégie et sa liste de candidats pour les prochaines élections. Il n’est pas exclu non plus qu’il fasse partie d’une plateforme, avec d’autres partis de gauche.