Vinay Naiko, Rye Joorawon, Kevin Ghunowa et Alvinio Roy devront observer une semaine de repos forcé après avoir été sanctionnés par les Racing Stewards. Il faudrait ici souligner que le premier nommé n’a pas la droit de différer sa suspension vu qu’il a été pénalisé pour n’avoir pas monté à la satisfaction des RS. Les autres cas concernent des interférences.
Vinay Naiko et Subiraj Gujadjhur, l’acting trainer, de l’entraînement Rameshwar Gujadhur, furent appelés à donner des explications sur la course de Seven Fountains qui avait été engagé dans la 7e course de samedi dernier. L’entraîneur et le jockey devaient tous deux déclarer qu’il avait été décidé de trouver une position dans le peloton de tête. Vinay Naiko devait tout de suite souligner qu’il n’avait pu monter d’après les instructions vu que son cheval avait subi une gêne au départ pour se retrouver plus en retrait que prévu.
Vinay Naiko devait ajouter que Seven Fountains ne répondit pas à ses sollicitations quand il lui demanda de produire son effort à 300m de l’arrivée.
Les Racing Stewards furent intéressés par la partie de la course à partir du 600m. Selon eux, comme il avait été décidé de courir proche de la tête de la course, ils se sont alors demandé pourquoi le jockey n’avait pas réduit l’écart qui le séparait de Torero Dancer qui faisait partie des chevaux les plus en vue de la course tout comme Gharbee et Strum. Vinay Naiko trouva alors qu’il était, selon lui, trop tôt pour demander à sa monture de se rapprocher. Il concéda que Seven Fountains paraîssait à l’aise, mais maintint qu’il avait pris la décision de camper sur sa position et ne pas progresser à l’intérieur d’Arabian Empire pour suivre Torero Dancer.
Il lui fut indiqué que son inertie fit qu’Arabian Empire se plaça devant Seven Foutains qui se retrouva alors encore plus en retrait.
Vinay Naiko mit l’emphase sur la partie de la course à partir du 300m quand Seven Fountains ne répondit pas à ses sollicitations. Il ajouta que sa monture semblait prendre du temps pour trouver son momentum.
On lui fit alors comprendre que ce fut pourquoi on s’attendait à le voir prendre l’initiative au 600m, justement pour mettre son cheval dans la course.
Subiraj Gujadhur fut aussi d’avis que son jockey aurait pu démarrer plus tôt. Questionné sur la ligne droite et la vigueur de Vinay Naiko, il déclara que ce dernier n’est pas connu pour être un strong rider. Il a gagné mais aussi perdu des courses en montant de cette façon.
Vinay Naiko devait par la suite dire qu’il ne pensait pas que le fait de bouger au 600m aurait eu une incidence sur le résultat de la course où les trois premiers à l’arrivée lui étaient supérieurs. Il accepta cependant qu’il a pu commettre une petite erreur de jugement en restant à l’arrière. Il plaida de ce fait non-coupable, mais fut trouvé coupable d’avoir enfreint le règlement Rule 160 A (i) dans le sens où il ne prit pas l’opportunité de se rapprocher de Torero Dancer au 600m alors qu’il était en position de le faire. Ce qui fit qu’Arabian Empire, qui était à son extérieur, se plaça devant lui et cela fut contre-productif sur les chances de son cheval. Outre, sa suspension, il devra payer une amende d Rs 25 000.
Rye Joorawon sanctionné deux fois
Les autres sanctions prises concernent surtout des cas d’interférences. Ainsi, l’apprenti Alvinio Roy fut pénalisé pour avoir commis une faute à l’encontre de Kentucky Bluegrass alors qu’il était en selle sur In The Frame dans la première course. A 900m de l’arrivée, il déboita sa monture qui se retrouva alors devant Kentucky Bluegrass qui ne put alors éviter ses postérieurs. Ce dernier trébucha et débalança Vinay Naiko qui le pilotait.
Kevin Ghunowa a été trouvé coupable d’avoir coupé Apple Pie dans son action dans la ligne droite finale de la troisième course. Navistar, qui avait fait l’extérieur durant tout le parcours, versa à l’extérieur alors qu’Apple Pie était à ses côtés. Ce dernier dut être repris et redirigé vers l’intérieur pour continuer sa route.
Rye Joorawon eut à s’expliquer en deux occasions à l’issue de la 20e journée pour deux fautes commises dans la même épreuve, soit la quatrième quand il avait été associé à Bandido Caballero.
Sa première faute se situa peu après le départ. Au 1500m, il dirigea sa monture vers l’intérieur alors que Freezing Point était juste à ses côtés. Ce dernier fut alors emmené sur Traianius et se retrouva enfermé dans un passage restreint. Le jockey de ce dernier n’eut pas d’autre alternative que de reprendre son cheval et entra alors en contact avec Prince Of Troy, qui fut alors débalancé. Rye Joorawon plaida coupable et fut sanctionné d’une amende de Rs 35 000.
La seconde faute eut lieu 100m plus loin et Prince Of Troy fut à nouveau gêné quand Bandido Caballero lui ferma le passage. Rye Joorawon accepta d’avoir fauté. Outre sa mise à pied, il écopa aussi de Rs 20 000 d’amende.
La course de Captain Matthew attira aussi l’attention des Racing Stewards. Il avait été remarqué que son apprenti, Belall Deenath, avait retenu son cheval alors qu’il lui était possible de le laisser courir à son aise et aussi de ne pas gêner les chevaux qui le suivaient dans le parcours. Aucune sanction ne fut prise à l’encontre du cavalier. On mit l’accent sur son inexpérience, il n’a monté que cinq fois en course dont deux en Malaisie, pour expliquer son manque de jugement. Il lui fut demandé de prendre parfois l’initiative au cours d’une course et ne pas s’attacher strictement aux instructions.
Girish Goomany, qui avait logé une objection à l’encontre de The Real Hero pour interférence en ligne droite, a été sanctionné d’une amende de Rs 10 000. Les Racing Stewards ont estimé que sa réclamation était frivole.
Les Racing Stewards ont continué l’enquête qui avait été ouverte suite à une interview parue dans un magazine specialisé et où la propriétaire de Diamond Light fit état d’un mauvais ferrage pour expliquer la mauvaise performance de son cheval lors de la 14e journée. Après avoir entendu toutes les parties, dont le vétérinaire en chef, le maréchal ferrant, l’entraîneur et l’assistant entraîneur du cheval, aucune suite ne fut donnée. Il fut trouvé qu’il y avait eu une mauvaise interprétation des faits. Il fut aussi démontré que si effectivement les deux fers antérieurs du cheval avaient bougé durant la semaine précédant sa course, le nécessaire avait été fait pour les refixer et que rien d’anormal n’avait été noté après la course du 4 juillet dernier.