photo d'illustration

Une vendeuse âgée de 23 ans s’est fait arnaquer en déboursant Rs 87 000 pour une maison de la NHDC. La jeune femme a fait confiance à un inconnu avec qui elle avait échangé des messages sur le réseau social Facebook. Dans une plainte à la police des Line Barracks lundi, la plaignante souligne que le 6 février, elle a reçu un “eviction order” d’une maison qu’elle occupait à La Flora.

Prise de panique, elle a exprimé son désarroi sur une page Facebook, en espérant qu’un bon samaritain puisse la conseiller sur la marche à suivre. Un certain Kumar lui a alors envoyé un message en privé en se présentant comme un “Land Lawyer” et soutenant qu’il pourra l’aider à obtenir une maison de la NHDC dans la région de Mare-d’Albert. La jeune femme a fait confiance à cet inconnu et lui a confié qu’elle possède un compte à la Mauritius Housing Company (MHC). « Il m’a demandé de fermer mon compte à la MHC et de transférer Rs 60 000 sur un numéro de compte qu’il m’a remis », a expliqué la jeune femme à la police.

Puis l’escroc lui a suggéré d’ouvrir un compte à la NHDC afin qu’elle puisse obtenir un logement rapidement. Il lui a envoyé une adresse mail ressemblant à celle de la NHDC en faisant comprendre à la jeune femme qu’il s’agissait d’un ami qui travaille au sein de cette compagnie. Peu après, l’utilisateur du mail a pris contact avec elle et lui a demandé d’effectuer deux virements de Rs 31 500 et de Rs 27 000 pour alimenter son compte à la NHDC. Même si la Salesgirl n’a jamais rencontré ses interlocuteurs, elle leur a quand même envoyé de l’argent. Elle a reçu une réponse de son contact qui a confirmé avoir bien reçu son argent et que « la NHDC travaille sur son dossier ».

La jeune femme a attendu pendant plusieurs semaines, mais personne au sein de la NHDC n’a pris contact avec elle. Finalement, elle a compris qu’elle s’est fait duper. Elle a envoyé plusieurs correspondances sur le courrier de son contact, sans pour autant obtenir de réponse. Elle a remis à la police des documents bancaires pour confirmer qu’elle a bien transféré l’argent sur un compte bancaire et se dit prête à remettre aux enquêteurs son portable où les messages échangés avec son interlocuteur sur Facebook sont intacts. Le cas sera référé à la Cybercrime Unit pour enquête. Les enquêteurs sont confiants de pouvoir remonter jusqu’à l’auteur de cette escroquerie grâce à son numéro de compte bancaire.