Intervenant hier au Conférence Hall de BPML, à la Cybercity, Ébène, à l’ouverture d’un atelier de validation du Switch Africa Green Programme, le ministre de l’Environnement, Alain Wong, a fait un vibrant plaidoyer pour la consommation et la production durables (CPD). Reliant les défis de l’environnement et du développement, la CPD vise à promouvoir l’efficience dans l’utilisation des ressources et de l’énergie, entre autres.
« Ayant récemment assisté à la conférence des ministres africains de l’environnement et à la seconde assemblée générale du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), je peux affirmer sans me tromper que la consommation et la production durables (CPD – voir encadré) sont à l’avant-plan de l’agenda international, et ce dans le contexte des objectifs de développement durable comme dans celui de l’accord de Paris sur le changement climatique », a d’emblée expliqué le ministre de l’Environnement, Alain Wong, hier à la Conférence Hall de BPML, à la Cybercity, Ébène, à l’ouverture d’un atelier de validation du Switch Africa Green Programme. La CPD vise à promouvoir l’efficience dans l’utilisation de ressources et d’énergie ainsi que d’infrastructures durables, et à permettre l’accès aux services de base, aux emplois verts et décents, et à une meilleure qualité de vie. Cet atelier a vu la présence notamment de Marjaana Sall, l’ambassadrice et chef de délégation de l’Union européenne à Maurice, de Simon Springett, UN Resident Coordinator et UNDP Resident Representative, et de Dominique Ng, directeur de l’environnement.
Alain Wong a ajouté que, pour atteindre les objectifs de développement durable, « nous devons revisiter nos pratiques “business as usual” et nous comporter différemment dans nos entreprises et à la maison », et pour ce faire, « nous avons manifestement besoin de facilitateurs, dont la vision, les politiques et les stratégies, de même que la technologie, la capacité et les aptitudes ainsi que les moyens » financiers. « Je suis convaincu qu’en utilisant les CPD comme principes, nous pourrons d’abord préserver nos ressources naturelles pour nos générations futures, puis faire la transition vers une économie verte et, ensuite, contribuer à atténuer le changement climatique. Nous pourrons aussi nous engager activement dans les mesures d’adaptation, gérer nos déchets de façon durable et jouir d’un mode de vie plus sain et sans danger », a-t-il expliqué.
Le ministre a affirmé que Maurice, en tant que Petit État insulaire en développement (PEID), est consciente qu’elle a besoin de prendre des mesures proactives pour relever les défis du développement durable. « Alors que notre plan national CPD a jeté les bases pour promouvoir des pratiques dans divers secteurs, c’est dans notre élan de respecter nos engagements internationaux pour promouvoir un développement durable et inclusif que nous nous sommes joints à des partenariats comme le Switch Africa Green Programme pour faire des bonds quantitatifs (“leap-frog”) vers un avenir plus vert et plus durable. »
Alain Wong s’est félicité que le Switch Africa Green Programme « arrive à un moment opportun » alors que « nous nous engageons plus profondément dans la réalisation des objectifs de développement durable et de ceux de notre Vision nationale 2030 ».