Beau cadeau d’anniversaire pour Friends in Hope qui fête cette année ses 15 années de service auprès des malades mentaux. Le Synergy Wellness Institute, situé aux Allées d’Helvétia, Moka, a offert une journée de sport en salle à ses bénéficiaires. Un grand moment de partage et de détente, où les adhérents ont appris l’importance des activités physiques dans leur vie.
La sédentarité rend malade. Friends in Hope, organisation encadrant les personnes souffrant de troubles psychiatriques, est bien consciente de cette réalité. Pour cela, elle a cherché la collaboration du Synergy Wellness Institute pour donner le goût du sport à ses adhérents. Ils étaient dix-sept à vivre cette expérience exceptionnelle vendredi dernier.
Nathalie, 26 ans, est emballée par sa première visite dans une salle de gym. « Je pratique déjà le yoga et la danse au centre, mais ici c’est une nouvelle expérience. J’aimerais bien revenir. » Sabrina Puddoo, directrice de Friends in Hope, ne cache pas non plus sa satisfaction : « L’initiation a été faite de manière très accessible et ludique, dans un cadre agréable et par une équipe de professionnels très accueillante. Nos stagiaires ont vraiment apprécié. L’équipe de Synergy y a pris autant plaisir que nous. »
Les séances ont été dirigées par Yannick Lincoln, sportif de haut niveau et un des responsables du Synergy Wellness Centre. Spinning, tennis, circuit-cardio, entre autres étaient au programme. Yannick Lincoln rappelle que l’objectif du centre est d’aider le public à prendre sa santé en main en combattant la sédentarité. Outre le coaching en sport et nutrition, le centre offre également les services d’ergothérapie, de kinésithérapie, d’ostéopathie, de massage, de psychologie et de podologie.
Pour l’ergothérapeute Hélène Rigourd, consultante à Synergy et à Friends in Hope, une telle activité dans un cadre sportif aide les patients à développer de la discipline et la confiance en soi. « En tant qu’ergothérapeute, mon rôle consiste à aider la personne souffrant de troubles psychiatriques à être autonome. C’est-à-dire, pour s’habiller, faire sa toilette et se nourrir mais aussi pour avoir une interaction fluide avec les autres. »
De son côté, Gérald Jetin, directeur du Synergy Wellness Centre, n’a pas manqué de souligner que le complexe est ouvert à tous, y compris les personnes souffrant de troubles psychiatriques ou de handicap. « Bien évidemment, tout dépend du degré de handicap et des avis médicaux, notamment sur le niveau de supervision qui sera nécessaire. Mais l’accueil est là. »
Quant à Sabrina Puddoo, elle souhaite que cette expérience puisse être renouvelée.