La Tertiary Education Commission mène actuellement une étude auprès de quelque 500 employeurs sur la perception qu’ils ont des diplômés de l’Université de Maurice et de l’Université de Technologie. Objectifs : comprendre les besoins de l’entreprise en termes de recrutement et évaluer la formation universitaire de ces jeunes. Ce rapport est attendu vers la fin de cette année.
L’accès à un premier emploi après la fin des études n’est pas chose aisée pour un jeune. Si le diplôme est l’arme principale pour celui qui se présente sur le marché du travail sans expérience ou presque, le niveau de diplôme n’est pas le seul déterminant dans l’obtention de ce premier emploi, le type de diplôme importe également. Ainsi après la réalisation d’une première étude, la Tracer Study auprès des diplômés pour déterminer leur succès dans le monde du travail après leurs études, la Tertiary Education Commission mène cette fois une étude auprès des employeurs dans le but de recueillir leur perception sur les diplômés de l’Université de Maurice et l’Université de Technologie. Pour la TEC, en vue d’améliorer la qualité des diplômes dispensés par les institutions tertiaires ainsi que de favoriser leur recrutement, il importe de connaître les nécessités de l’employeur. « Au niveau de leurs attentes, les employeurs plébiscitent la connaissance de l’entreprise indispensable pour que l’intégration se passe bien. Ils citent aussi la responsabilisation et le savoir-être, une qualité complémentaire indispensable au savoir-faire acquis durant les études, les stages ou l’apprentissage », souligne-t-on.
Ainsi, ce n’est pas la première fois que la TEC réalise une étude destinée aux employeurs. En fait, c’est un exercice qui est effectué à des intervalles réguliers pour l’aider dans la planification au niveau tertiaire. Cette étude vise à rechercher les points de vue des employeurs sur les compétences et les aptitudes qu’ils attendent des diplômés nouvellement embauchés et d’évaluer les compétences et les lacunes, de procéder à une comparaison aux étudiants ayant suivi une formation étrangère, d’identifier les domaines potentiels de collaboration entre les employeurs et les institutions et de connaître l’intérêt des employeurs dans le domaine de la recherche ainsi que leurs domaines de recherche prioritaires.
L’étude vise un échantillon d’entreprises, tant dans le secteur public et privé, représentant des compagnies réputées qui sont actives dans le recrutement de jeunes diplômés. Cette étude réalisée en ligne sur le siteweb de la Tertiary Education Commission a été lancée le 15 juin dernier. Quelque 500 employeurs ont été invités à y participer. Ils ont été invités à le remplir le questionnaire en ligne à www.tec.mu/empsurvey.php. Les principales conclusions du rapport seront prêtes d’ici la fin de l’année ou au début de l’année prochaine.
Les résultats de ce survey, indique la TEC, seront utiles dans la planification et l’élaboration des politiques au niveau de l’enseignement supérieur en général. L’Employers’ Survey 2012 complémentera la Tracer Study réalisée l’année dernière en recueillant des données sur les écarts de compétences en ce qui concerne les diplômés d’un point de vue des employeurs. « Ces informations nous permettront de concevoir de nouveaux programmes ou de revoir les programmes existants, en vue d’atteindre les exigences des employeurs et réduire l’inadéquation sur le marché du travail des diplômés », souligne la TEC. De plus, les conclusions de cette étude serviront de modèles aux institutions afin de les guider dans la formation des étudiants en vue de les rendre plus employables et ainsi établir une collaboration pour le développement de stratégies appropriées pour renforcer leurs liens avec l’industrie.