Mauritius Telecom n’a pas tardé à réagir aux critiques de Tassarajen Pillay Chedumbrum, concernant la part de responsabilité de l’opérateur, selon le ministre, dans le retard pour le passage à la numérotation à huit chiffres.
Il est injuste, soutient la compagnie, de blâmer MT pour le retard de l’implémentation de la migration à huit chiffres du réseau mobile. En fait, dit-elle, l’ICTA avait initialement prévu l’implémentation de la migration à huit chiffres du réseau mobile le 1er novembre 2009. C’est l’ICTA qui, dans une lettre datée du 16 octobre 2009, a décidé de reporter l’implémentation au 1er août 2010 et de recall la décision ICTA/DEC/02/2008. Les raisons avancées par l’ICTA : «… following representations from various stakeholders to postpone the implementation date of the migration to 8-digit due to economic downturn… ». Les mêmes raisons ont été avancées dans une autre lettre de l’ICTA en date du 23 juillet 2010 pour reporter à nouveau l’implémentation à une date non-spécifiée.
Par ailleurs, Mauritius Telecom tient à souligner que l’atelier consultatif qui a eu lieu jeudi à Ebène sur « Implementation of 8-digit numbering for mobile networks » a vu la participation de six de ses cadres. À l’issue de l’atelier il a été décidé que l’implémentation se ferait à partir du 1er septembre 2013. MT, en tant qu’opérateur de télécommunication national, dit avoir participé pleinement, avec d’autres opérateurs, dans une trentaine de consultations de l’ICTA depuis 2003 sur la migration à huit chiffres. Mauritius Telecom, enfin, souligne qu’il n’a pas été question de la migration à huit chiffres pour le réseau fixe dans le cadre de l’atelier tenu hier.