La première mauvaise nouvelle de l’année pour l’Association mauricienne de tennis de table (AMTT) : aucun pongiste n’ira aux championnats du Monde, qui se tiendront en avril, à Dortmund. Raison invoquée : manque de moyens financiers. Avec le budget accordé, l’AMTT choisit donc d’envoyer ses représentants aux championnats d’Afrique cadets et juniors, et dit non aux championnats du Monde.
Alors que les Mondiaux étaient l’objectif ultime à atteindre, voilà que les Mauriciens ne pourront profiter de cette expérience. « Avec un budget aussi limité, on se retrouvera avec trop de trous à essayer de combler », explique-t-on du côté de l’AMTT. Mais on ne fait pas une croix sur les championnats d’Afrique cadets et juniors, qui restent malgré tout une étape importante cette année.
« Avec un bon classement, certaines choses pourront en découler. » Par exemple ? « Si nous arrivons à faire bonne figure dans le tournoi par équipes, nous avons de grandes chances de nous qualifier pour un autre tournoi », explique l’entraîneur Rajessen Desscann.
Ce tournoi est bien entendu la Coupe du Monde, qui se tiendra en décembre prochain en Afrique du Sud. Mais pour cela, les Mauriciens devront terminer troisièmes du tournoi par équipes. « Nous devons faire de notre mieux possible. Surtout que nous pouvons rivaliser avec les autres pays du continent », estime Rajessen Desscann.
Il s’agit surtout de se maintenir dans le Top 5 des nations africaines. Et pour cela, il n’y a pas d’autre moyen. « Il faut qu’on vise le Top 3. D’une part, on maintiendra notre présence sur le Continent, d’autre part, on décroche un billet pour la Coupe du Monde. »
Et une participation aux championnats d’Afrique aurait aussi des répercussions sur le portefeuille de l’AMTT. En effet, dans le cas d’une présence mauricienne à Dortmund, l’AMTT aurait dû dépenser la bagatelle de Rs 500 000. Alors que dans le cas d’une participation aux championnats d’Afrique en Algérie, Rs 300 000 suffiront.
« Le budget que nous avons reçu, avec l’allocation pour le transport et les bourses de la High Level Sports Unit, n’est pas suffisant. Mais nous avons calculé que si nous allions aux championnats d’Afrique, cela serait plus simple et surtout moins onéreux pour nous », confie Rajessen Desscann.
Afin de préparer les jeunes pour les championnats d’Afrique, il a fallu penser à autre chose. Et la solution est toute trouvée : un stage. L’option chinoise est donc privilégiée. « La Chine serait une bonne option. De plus, il s’agit d’aider les joueurs à se préparer pour les championnats d’Afrique. Nous avons donc fait appel à nos connexions en Chine », confirme Rajessen Desscann.
Ce sera donc Huang Ming, celui qui avait coaché l’équipe pour les JIOI aux Seychelles, qui s’occupera des formalités afin que les pongistes décrochent un stage dans les meilleures conditions possibles. « À son départ, nous avons pu trouver un accord avec Huang Ming afin qu’il nous aide pour le développement du tennis de table mauricien », relate le coach.
Alors, l’absence de Maurice aux Mondiaux, une bonne chose ou une mauvaise chose ? Seul l’avenir le dira. Mais d’ici là, les Mauriciens auront intérêt à assurer aux championnats d’Afrique.