Les quelques clichés ci-dessous illustrent moindrement le cauchemar vécu par la famille François. Depuis quatre années, un drain bouché à l’arrière de leur jardin inonde en permanence leur jardin et fait remonter des eaux usées, et avec elle la pourriture et les maladies. Deux de leurs enfants ont dû être hospitalisés pour cause d’infection.
La situation empire pour la famille François de la Rue Mandela à Terre-Rouge. Un drain bouché depuis quatre ans à l’arrière de leur jardin fait ressortir une eau sale qui envahit et stagne autour de leur maison en terre, dégageant une odeur atroce. Quand il pleut, l’eau infestée de bestioles en tous genres et d’algues s’infiltre dans la maison. Nous nous sommes rendus sur place pour un état des lieux.
« Nous avons énormément de problèmes », explique Natacha, la mère de famille. Le visage en peine, elle nous confie que deux de ses quatre enfants sont tombés dans cette eau sale. L’un d’eux est toujours à l’hôpital : « Kan mo bann zanfan inn tonb dan sa dilo la, zot inn gagn maladi ek infeksion akoz bann moustik ek bann lezot bebet ki ena dan dilo. Zot lapo ti pe koumans infekte. Mo’nn bizin avoy zot lopital dirzans. Mo nepli kapav siport sa, nou pe soufer e nou ban zanfan pe malade ».
Natasha François nous explique que lundi dernier un camion est venu pomper l’eau usée. Cependant, plus tard la famille constatait que l’opération était un échec. « Quelques heures après que le camion eut pompé l’eau sale de notre jardin, l’eau usée a recommencé à sortir. Depuis nous nous retrouvons dans la même situation. Nous avons écrit au député et ministre Devanand Ritoo qui a fait en sorte que les camions passent pomper l’eau. Mais le problème se situe au niveau du drain ; il est complètement bouché. » Approché, un inspecteur des NHDC de la région leur a expliqué que : « Nou pa pou kapav fer nanie pou sa problem la. Li kout tro ser pou refer instalasion drin la. Nou ankor pe rod enn solision me nou pa pou kapav fer nanie avan eleksion ».
Pendant ce temps, la famille François doit se rendre chez ses voisins pour cuisiner et se laver. Les mauvaises odeurs ambiantes rendent leur sommeil difficile. « Nou pe viv enn kosmar. Nou pe per pou nou lavi e pou la sante nou zanfan. Li bien difisil. »
Durant la nuit les eaux usées sont montées pour rentrer dans leur maison ce matin. « Tou sa ki nou dimande se ki bann otorite fer le neseserr pou ki nou ne pli gagn sa problem la ».