GAETAN SIEW

0.INTRODUCTION

Ce titre est en partie emprunté d’un auteur, Carl Honoré !

Doucement le matin – Pas trop vite l’après-midi

Mora mora!

Lors de mon plus long voyage dans les steppes du Kyrgyzstan, Altyn Arashan, à cheval et dormir dans une yourte comme les locaux, je me suis rendu compte de leur nécessité de quitter la ville une fois par an pour revivre comme leurs ancêtres.

Aujourd’hui, la culture est à la rapidité. Mais dans cette course contre la montre, rien ne survit – notre travail, notre santé, nos relations, notre vie sexuelle. Nous sommes si pressés que la personne ou la chose qui nous ralentit représente, d’emblée, l’ennemi à abattre. Tout un courant d’opinion met en question ce culte de la vitesse et réaffirme les vertus de la lenteur. Baptisé « Slow », il ne prétend nullement qu’il faut tout faire à une allure de tortue mais souligne que notre qualité de vie passe par un meilleur équilibre entre rapidité et lenteur. Ce phénomène touche de plus en plus de monde. Et si un bon usage de la lenteur pouvait rendre nos vies plus riches et plus productives ?

1.LE LUXE ULTIME : L’ESPACE + LE TEMPS = AUTHENTICITÉ

Et si le luxe ultime était cette reconnexion avec la nature ? N’est-ce pas ce que les Millenials du vert et du bio réclament haut et fort à 20 ans ?

Que nous arrêtions cette course incessante contre le temps !

Que nous réalisions que la vitesse exclut la réflexion.

Que la lenteur modifie notre rapport, nous connecte à l’essentiel, à la nature, à la vie.

Pour prendre le temps de vivre pleinement l’instant présent (loin des excès de la vie urbaine)

Il est très difficile de ralentir, de retrouver cette sérénité. Ne plus voir ses mails, ses textos.

Le temps est linéaire pour les Occidentaux, ils en manquent tout le temps.

Il est cyclique pour les Orientaux, il est infini.

En Afrique, ils disent à l’homme blanc :

« Tu as la montre, nous avons le temps. »

Toujours faire une chose pour une autre chose. Et jamais pour soi-même !

Jamais cet égoïsme heureux !

Quel Luxe !

L’instant présent est une deuxième dimension du temps. Une dimension verticale.

S’arrêter, écouter, goûter, regarder, apprécier, découvrir.

2. LE MOUVEMENT SLOW-LIVING

2.1 Slow – Living

Après le lancement du mouvement « Slow Food », Carlo Petrini et d’autres ont compris que la nourriture n’était qu’un des aspects de la vie qui devait bénéficier de ce type d’attention et de soins particuliers. Le mot « Slow » est vite devenu un raccourci pour une philosophie et un mode de vie qui est maintenant appliqué à de nombreuses activités humaines. Le « Slow Living » était né!

2.2 Slow – Food

C’est quoi le Slow-food ?

Les Rodriguais le connaissent depuis toujours…

C’est…
s’opposer aux effets dégradants de l’industrie agroalimentaire et de la culture de la restauration rapide qui standardisent les goûts ;
• défendre la biodiversité alimentaire ;
• promouvoir les effets bénéfiques de la consommation délibérée d’une alimentation locale ;
• promouvoir une philosophie du plaisir ;
• encourager le tourisme respectueux de l’environnement et les initiatives de solidarité dans le domaine alimentaire ;
• réaliser des programmes d’éducation du goût pour les adultes et les enfants ;
• travailler pour la sauvegarde et la promotion d’une conscience publique des traditions culinaires et des mœurs ;
• aider les producteurs-artisans de l’agro-alimentaire qui fournissent des produits de qualité et d’appellation contrôlée.

2.3 Le Slow-Attitude en 4 temps

2.3.1 Le Réel – l’Authentique : Se connecter à l’essentiel, à l’authentique vérifié…

2.3.2 La Route de Nulle Part : “Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre. » Blaise Pascal

S’asseoir, contempler. Ou marcher pour le simple plaisir de marcher, non pour arriver, mais pour découvrir. Des gîtes, des étapes, une gastronomie, un lieu, des personnes.

2.3.3 Délier et Relier – Unplug & Recharge : On prétend que l’on prend 25 minutes à se remettre d’un appel téléphonique. Et si nous pouvions déconnecter complètement ? Comme une forme de détox de la vie urbaine, de la tyrannie des mails et de l’internet. Cette déconnexion sera en fait une recharge complète.

2.3.4 Le Temps pour soi : “La journée va être très chargée. Je ne pourrai pas méditer plus d’une heure.” M Gandhi. Le retour aux joies simples de la vie. L’art du BOUGE FIXE comme nous le disons si bien à Maurice

3. RODRIGUES – ESPACE REFUGE « BOUGE FIXE »

Rodrigues pourrait être ce territoire exclusif où on saurait tout décliner en

Slow VOYAGE : retrouver le temps de profiter du voyage lui-même, de faire l’expérience des saveurs et couleurs régionales, de choisir de découvrir des destinations inspirantes ;

Slow RELATION : retrouver le temps de savourer, approfondir et revigorer les relations avec la population autour des célébrations ;

Slow HOBBIES : retrouver le temps de tester des nouveaux hobbies qui nourrit notre âme et qui aide la planète en même temps ;

Slow FAMILLES : retrouver le temps pour « être» avec nos enfants, pour vivre en conscience les joies du temps libre en famille, de la créativité et de l’engagement profond avec la vie ;

Dans cet esprit, la liste peut continuer de croître et inclure des activités comme le « Slow Bicycles », le « Slow Leisure », le « Slow Book », le « Slow Homes », le « Slow Cosmetic ».

4. CONCLUSION

Cette approche est presqu’une forme de spiritualité qui vise à créer plus de liens avec les autres, la nature, les plantes, la vie. Elle privilégiera l’éveil des cinq sens.

• Voir – l’essentiel

• Écouter le silence

• Sentir – Respirer la nature

• Goûter – redécouvrir le vrai goût des choses

• Toucher – le bonheur

Et pour finir, célébrer l’authenticité comme un tout.

Consciemment ou non, nous voulons donc plus que tout retrouver cette connexion au travers de nos relations, avec notre famille, notre communauté, notre environnement et, ultimement, avec la Vie elle-même. Nous voulons vivre une vie reliée.
En ce sens, le « Slow Living » représente une merveilleuse invitation à vivre une reconnexion consciente avec nous-mêmes, les autres et la Vie. Une belle opportunité pour se délier du superflu et se relier à l’essentiel, en toute tranquillité.

Rodrigues a su préserver le positif de demain.

Merci pour ce futur préservé, une philosophie du XXIe siècle.