Les membres de l’exécutif de la Mauritius Bar Association se sont réunis hier au sujet de la requête de Me Gavin Glover, demandant une assemblée générale spéciale du Bar Council après la décision du conseil des ministres de transférer le bureau du DPP sous l’égide de l’Attorney General. La séance a été ajournée à mercredi et verra la participation de l’Attorney General, dont les explications sur les raisons du transfert sont attendues.
Me Antoine Domingue, président de la Bar Association, a fait savoir hier, lors de la réunion de l’exécutif, que la séance serait ajournée à mercredi, le temps que l’Attorney General, Me Ravi Yerrigadoo, de retour au pays, donne des explications sur la décision du conseil des ministres de placer le DPP sous la tutelle de l’AG. Entre-temps, Me Gavin Glover, qui avait formulé une requête pour une assemblée générale spéciale à cet effet, a cette fois fait circuler une nouvelle lettre, contresignée par 25 avocats. Le Secrétaire du Bar Council, Me Yahia Nazroo, à fait comprendre que de par cette nouvelle lettre, une assemblée générale spéciale aura bien lieu, et que la question sera discutée mercredi en présence de l’Attorney General. Selon les dispositions de la loi, la requête de Me Glover devait être contresignée par au moins dix avocats. L’Attorney General, qui est également vice-chairman du Bar Council, a quant à lui fait part de son intention d’être présent aux débats. Il ne restera plus qu’à arrêter une date après ceux de mercredi. Me Nazroo ajoute que lorsque les procédures pour convoquer une assemblée spéciale seront enclenchées, un avis sera envoyé aux membres du Bar Council, et il y aura un délai de 15 jours à respecter.
Par ailleurs, le bureau du DPP s’est également réuni hier pour passer en revue la situation. Si pour l’heure aucune décision n’a été prise quant à la marche à suivre, le DPP a toutefois été clair sur le fait qu’il n’y aura pas de go-slow. « Ce sera du business as usual car nous ne voulons pas pénaliser le déroulement du système judiciaire en ralentissant le travail », dit-on. Le bureau du DPP envisagera d’autres actions à prendre dans les jours à venir par rapport au développement de la situation. Par ailleurs, il accueille favorablement la démarche des professionnels du barreau qui se sont réunis pour étudier la question et apporter leur soutien pour préserver l’indépendance du judiciaire. Lors de la réunion hier, le bureau du DPP s’est attardé sur les changements que souhaite apporter le gouvernement avec cette nouvelle décision afin de comprendre quel sera le nouveau scénario. « Est-ce uniquement les finances qui vont être affectées, la situation retournera-t-elle comme avant 2009 » sont autant que questions que se pose le bureau du DPP et auxquelles des réponses sont attendues.