« Il y a une seule vérité et elle finira par éclater », a déclaré l’inspecteur Jaylall Boojhawon, président de la Police Officers Solidarity Union (POSU), après avoir déposé une plainte à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), cet après-midi, dans le cadre de l’affaire du constable Cadersa.

Ce dernier avait, le 24 novembre, pris en contravention Vijaya Sumputh, une proche du ministre du Tourisme Anil Gayan, avant d’être par la suite transféré au Vacoas Detention Center. Le président de la POSU est catégorique : il s’agit d’un transfert « punitif », a-t-il affirmé.

« Nous sommes convaincus qu’il a subi un transfert punitif en faisant son travail. Nous avons remis plusieurs éléments cruciaux à l’ICAC et nous souhaitons que les enquêteurs prennent cette affaire en considération », a-t-il soutenu. « Nous ne baisserons pas les bras jusqu’à ce que la vérité éclate. Il y a énormément de faits troublants cachés par certaines personnes. Mais nous faisons confiance à l’ICAC ».

Jaylall Boojhawon n’a pas été tendre envers le Commissaire de police, Mario Nobin. « Est-ce qu’un Commissaire de police a le droit de remettre des informations confidentielles internes à un ministre? Si ce n’est pas de l’ingérence, qu’est-ce que c’est alors ? », s’est-il demandé.