La Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), par la voix de son président, Narendranath Gopee, tient les nominés politiques responsables des turbulences qui secouent actuellement la compagnie d’aviation nationale, Air Mauritius. Exprimant sa solidarité avec les pilotes licenciés, il a affirmé que la FCSOU participera à toutes les manifestations organisées par les syndicats d’Air Mauritius.
« Seki nou pe trouve dan Air Mauritius se enn reklam de fraka ki bann nomine politik kapav fer dan enn institision », affirme Narendranath Gopee. « L’Employment Rights Act parle clairement des conditions d’emploi. Le management d’Air Mauritius ne peut outrepasser les dispositions de la loi et suspendre les pilotes comme il veut. La direksion na pa kapav montre li or-la-lwa », dit-il.
Le président de la FCSOU estime que les nominés politiques font beaucoup de tort aux institutions, au gouvernement et au pays. « Zot pran lintere bann boss ki finn nomm zot, olie zot travay dan lintere zot konpani », dit-il. « Les nominés politiques oublient que leur nomination est temporaire et que quand le gouvernement change, ils doivent plier bagages. Mais entre-temps ils auront fait beaucoup de tort aux institutions qu’ils sont censés servir ».
Narendranath Gopee déplore qu’à Air Mauritius, la direction ait adopté « une politique de porte fermée envers les syndicats ». « Sindika finn esay gagn renkontr ek management. Me management res dan so tour d’ivoir, ek fer kouma dir ki Air Mauritius se so propriete personel ».
Le président de la FCSOU se dit d’autant plus indigné que le Premier ministre, Pravind Jugnauth, s’est montré solidaire de la direction d’Air Mauritius. « Le Premier ministre aurait dû bien se renseigner avant de se prononcer. Le gouvernement ne peut lui-même violer les lois du pays ».
Narendranath Gopee exhorte par conséquent le Premier ministre à donner des directives à Air Mauritius pour réintégrer les trois pilotes sans conditions et ouvrir les négociations. « Si li kapav fer komanter kont bann pilote, sela ve dir ki li kapav ordonn reintegrasion de 3 pilot ek l’ouvertir bann negosiasion ».
Pour le président de la FCSOU, la « bataille des pilotes d’Air Mauritius est justifiée ». « Sindika pilot zame finn donn mo dord sindikal konserte. Si management pa ti revwar en katimini ek unilateralman kondision travay pilot, pa ti pou inn ariv tou sa ».
Narendranath Gopee a d’autre part commenté les rumeurs voulant qu’Air Mauritius s’apprêtait à faire appel à une cinquantaine de pilotes de l’Inde. « Dan sa ka-la, dir gouvernma al pran 50 minis ek depite de l’Inde fer zot vinn diriz Moris », a-t-il ironisé.
Même le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, en a pris pour son grade. « Li ti parti prenant kan Megh Pillay ti perdi travay. Si XLD vreman serie, nou atann ki li poz enn kestion dan Parlman lor tou se ki pe pase dan Air Mauritius », a-t-il insisté.
Narendranath Gopee s’est dit solidaire de toute action syndicale qu’entreprendraient les syndicats des employés d’Air Mauritius. « Si bizin desann dan lari ek zot, nou pou desann dan lari », a-t-il martelé.