Après les Winter Stakes, place au Turf Magazine Golden Trophy, dernière étape dans la préparation des protogonistes en vue du Maiden qui sera couru le 6 septembre prochain. Neuf partants seront au départ de cette épreuve à handicap qui se disputera sur la distance traditionnelle de 2200m.
Convaincant vainqueur des Winter Stakes le 4 juillet dernier, Skippyjon Jones se présente comme le cheval à battre de cet ultime test avant le Ruban Bleu. Même s’il avait donné des sueurs froides à ses partisans ce jour-là, l’élève de Patrick Merven a démontré qu’il est pétri de qualités car au 400m, ils étaient nombreux à se demander s’il allait pouvoir remonter Everest qui semblait avoir fait le plus difficile. Le hongre bai brun sera encore plus difficile à mater sur le parcours du jour. Du reste il s’est présenté en piste ce matin (ndlr: jeudi) dans une forme éblouissante. Pour Swapneel Rama, l’équation est simple: trouver la meilleure position pour sa monture et attendre le moment opportun pour la lancer car du rythme il y en aura vraisemblablement avec la présence des véloces Vettel et Everest.
Le gris de l’écurie Rousset a couru sa meilleure course chez nous dans les Winter Stakes en imposant sa loi et n’était-ce le coup de reins percutant de Skippyjon Jones, il l’aurait emporté. On ose croire qu’il adoptera la même tactique mais il devra compter avec Vettel qui portera des blinkers à nouveau. Même s’il est très mal placé dans les boîtes de départ, le porte-drapeau de l’écurie Gujadhur misera sur le fait que le départ de la course soit donné en descente pour jouer son va-tout. Les quatre voire cinq cents premiers mètres seront donc déterminants pour ces deux chevaux. S’il y a lutte pour le commandement comme ce fut le cas dans les Winter Stakes, un tel scénario servirait les desseins de Skippyjon Jones. Si Everest prend la direction des opérations sans sortir de son pas, dans ce cas il pourrait donner du fil à retordre au porte-drapeau de l’écurie Merven.
De son côté, Top Jet devrait influencer l’arrivée. Le gris de l’écurie Maingard se fit surprendre à sa dernière apparition par Roman Manner, qui avait réduit la course à un sprint, alors qu’il était le grandissime favori de la course. Top Jet n’est, intrinsèquement, peut-être pas un cheval de fond mais dans sa lignée paternelle on retrouve un certain Rakeen, le père de son géniteur Jet Master qui est réputé pour être un stayer confirmé. Aussi, le style dans lequel il avait terminé sa course dans les Winter Stakes laisse à penser que les 350m additionnels ne devraient pas lui poser de problèmes. Top Jet a démontré à sa dernière sortie qu’il peut bien sortir des boîtes et cela ne nous étonnerait guère de le voir devant Skippyjon Jones dans le parcours. Dans ces conditions, il faudra compter avec lui au finish.
Outre Skippyjon Jones, l’écurie Merven a aussi aligné Love Struck qui s’élancera à la corde. Il ne doit pas être jugé sur sa dernière déconvenue puisqu’il avait suivi trop décroché sous la selle de Gérald Avranche. On devrait le retrouver dans une position plus avancée cette fois. Sur sa classe naturelle, Love Struck a les moyens de faire sentir sa présence au finish.
La dernière sortie de Diamond Light doit être perçue comme l’exception qui confirme la règle car, pour la première fois de sa carrière mauricienne, il a terminé hors des accessits. Le fils de Doowaley n’a certes pas les mêmes jambes d’il y a deux ans mais d’aucuns s’accordent à dire qu’il a encore de beaux restes. Si la gagne paraît hors de sa portée, en revanche une place est dans ses cordes.
L’écurie Allet présente Ice Axe qui n’avait pas démérité dans les Winter Stakes. Mais toujours est-il que face à Skippyjon Jones et autre Everest, la victoire semble être un pari osé. Il en va de même pour Bastille Day et Greys Inn Control qui pourraient trouver la concurrence trop rude à ce niveau.