Un élément de la SMF ivre interpellé après un accident

Deux policiers sont dans la tourmente. Le premier cas concerne un constable de 26 ans, exerçant au Moka Detention Centre, et qui s’est présenté à son travail hier soir. Son comportement étant suspect ces derniers temps, il a été soumis à une fouille, qui a permis la découverte en sa possession d’une certaine quantité de cannabis mélangée avec du tabac, de même que du papier à rouler.

Interrogé sur l’utilisation de cette drogue, le policier est resté silencieux. Le cas a été référé à l’équipe de l’inspecteur Sevanandee de l’Adsu de l’Eastern Division, qui soupçonne que le constable avait l’intention de remettre cette drogue à un détenu. Ses collègues l’ont embarqué pour perquisitionner sa maison, à Sébastopol, où rien d’incriminant n’a été découvert. Sous les instructions de l’ASP Jankee, le constable a été placé en détention dans la soirée. Il est attendu aujourd’hui au tribunal de Moka, où une accusation provisoire de possession de cannabis sera retenue contre lui.

Par ailleurs, un élément de la SMF, âgé de 45 ans, a été appréhendé dimanche soir pour avoir refusé de se soumettre à un alcootest après un accident. C’est un habitant de Chemin-Grenier, âgé de 40 ans, qui a dénoncé le policier au poste de police de la localité. Le plaignant avance qu’il roulait dans sa voiture quand un autre véhicule l’a dépassé. En ce faisant, le chauffard a heurté son pare-chocs et ne s’est pas arrêté. Le plaignant a alors poursuivi la Nissan, conduite par l’élément de la SMF, et a pu l’aborder près des feux de signalisation qui étaient au rouge.

Le plaignant a alors informé l’individu qu’il a heurté son véhicule plus tôt. Une dispute a éclaté et le policier a décliné son identité,soutenant qu’il est basé à la SMF. Comme ce dernier sentait l’alcool, la victime ne l’a pas laissé partir et l’a interpellé avec l’aide du public. Les deux ont été emmenés au poste de police de Souillac, où seul le quadragénaire s’est soumis à un alcootest qui s’est avéré négatif. L’officier de la SMF a refusé de donner un échantillon de son sang ou d’urine. Finalement, il a été arrêté et placé en cellule de dégrisement. Une accusation provisoire de “failing to undergo breath test” a été retenue contre lui.