Le Club Maurice a décroché sa quatrième médaille de bronze aux VIIes Jeux de la Francophonie, hier, à l’issue de la finale du lancer du javelot dames grâce à Jessika Rosun. Cette dernière a réalisé une performance de 49m36 améliorant du coup sa meilleure performance qui était de 48m88.
Les trois autres médaillés de bronze sont Joyce Milazar en lutte, Jonathan Permal et Guillaume Thierry le décathlonien. Ce dernier s’est même offert le record national avec un total de 7 511 points. L’ancien record était de 7 481 points et avait été réalisé par le même homme lors des Jeux d’Afrique de septembre 2011 à Maputo au Mozambique. Une belle performance pour celui qui s’était fixé comme objectif de passer la barre des 7 500 points lors de ces Jeux de la Francophonie.
Contrairement à 2009 à Beyrouth au Liban où Maurice s’était distinguée avec une honorable sixième place avec trois médailles d’or, trois d’argent et deux de bronze, les athlètes du Club Maurice se contenteront cette fois de quatre médailles de bronze. La dernière médaille ayant été remportée hier par la lanceuse Jessika Rosun au lancer du javelot. Elle a réalisé une performance de 49m36, ce qui constitue sa meilleure marque. Auparavant, Jessika Rosun avait lancé à 48m88.
La principale concernée a déclaré à Week-end, hier soir, qu’elle était toute fière d’avoir offert à Maurice cette médaille de bronze. « Je suis très contente d’avoir décroché cette médaille de bronze et franchement vous dire, je n’arrive toujours pas à le croire. Je ne réalise pas tellement je suis émue. Nous avons beaucoup travaillé pour arriver à ce résultat et je remercie tous ceux qui m’ont aidé. Je dis un grand merci à mes parents, à ma famille, au TFES (Trust Fund For Excellence in Sports), qui m’a jusqu’ici accompagné tant au niveau de mes études qu’au niveau sportif. Un grand merci aussi à la fédération, à mes entraîneurs et au ministère de la Jeunesse et des Sports », a-t-elle souligné. Jessica Rosun se réjouit aussi d’avoir amélioré sa meilleure performance avec ce lancer à 49m36.
Son entraîneur et également entraîneur national des lancers, Joël Sévère, s’est dit très heureux de cette nouvelle médaille de bronze. Selon lui, l’objectif était d’arriver d’abord en finale et ensuite d’envisager plus. « C’est une médaille qui nous fait énormément plaisir, car depuis Caroline Fournier en 1992, puis Bernadette Perrine, nous n’avons plus brillé dans ce concours. Nous avons une pensée très spéciale pour Bernadette (Perrine), partenaire d’entraînement de Jessika (Rosun). De part son expérience, j’estime qu’elle l’a beaucoup aidé à décrocher cette médaille de bronze », a déclaré Joël Sévère.
Selon lui, l’apport d’une ancienne championne de la trempe de Bernadette Perrine a permis à Jessica Rosun de progresser davantage. Ce qui explique cette médaille de bronze. Joël Sévère a aussi remercié la fédération et le ministère de la Jeunesse et des Sports pour avoir fait confiance aux athlètes en permettant la tenue d’un stage à Nancy en France, dix jours avant la tenue de ces Jeux.
Jonathan Permal en constate progression
Pour sa part, Jonathan Permal a confirmé ses bonnes performances réalisées lors des Championnats d’Afrique juniors tenus il y a deux semaines au stade Germain Commarmond, à Bambous. En effet, après sa médaille d’argent (4X100m) et ses deux médailles de bronze (100m et 200m), Jonathan Permal a prouvé qu’il est en constante progression en décrochant la médaille de bronze (21:35) lors de la finale du 200m des Jeux de la Francophonie, sa première à ce niveau de la compétition.
Selon Jonathan Permal, c’est une bonne performance d’autant qu’il n’a que 19 ans et qu’il n’est qu’à ses tous premiers Jeux de la Francophonie. « J’ai décroché une médaille de bronze et je suis très content. Je ne m’attendais pas vraiment », a-t-il précisé. Il n’empêche, a-t-il souligné, qu’il avait de bonnes sensations surtout après sa demi-finale de vendredi soir. « La course n’a pas été si difficile que cela. J’avais le troisième couloir et je suis très bien sorti. Il y avait un peu de vent, mais j’ai fait ce qu’il fallait », a-t-il expliqué.
Le sprinteur est d’avis qu’il aurait pu décrocher l’argent, comme le pense son entraîneur Nanda Chinapayel, mais se dit tout de même satisfait pour cette première participation. Il s’est dit d’ailleurs très satisfait d’avoir terminé la saison sur cette note et avoue que son objectif est de courir en dessous des 21 secondes l’année prochaine, notamment aux Championnats d’Afrique au Maroc et aux Jeux du Commonwealthà Glasgow en Écosse.
Pour son entraîneur, Nanda Chinapayel, la performance de Jonathan Permal constitue en elle-même une grande victoire. « Guillaume (Thierry) a décroché le bronze la veille (Ndlr: vendredi) et aujourd’hui (Ndlr: hier), c’est au tour de Jonathan (Permal) d’en faire de même. Je trouve que c’est un très bel exemple quand on sait que le premier est porte-drapeau du Club Maurice, alors que le second est capitaine de l’équipe masculine. Nous devons tous être fiers de ces performances », a déclaré l’entraîneur.
Pour ce dernier, Jonathan Permal a réalisé la course qu’il fallait. Il pense même que le sprinteur aurait pu mieux faire s’il n’avait pas changé de tactique à 95m de l’arrivée. « Jonathan était très bien dans sa course. Malheureusement, il a changé sa technique à mi-parcours. Ce sont des choses qui arrivent. Il est encore très jeune et peut gravir des échelons. Je remercie tous ceux qui nous ont aidé, notamment la fédération, le TFES, le Faucon Flacq, plus particulièrement Tharuna Jeetah et Sydney Adelson et le ministre de la Jeunesse et des Sports, Devanand Ritoo », a-t-il conclu.