Les chiffres compilés et révélés par la brigade anti-fraude de la Central Water Authority indiquent qu’entre octobre 2004 et mars 2013, 2 571 connexions illégales à son réseau d’eau potable et aux nappes phréatiques ont été détectées. Les descentes des officiers de cette unité spécialisée devraient se multiplier face à ce nombre important de fraudes.
534 cas suspects de branchements ont été détectés de juillet 2012 à mars 2013. Depuis la mise sur pied de la brigade anti-fraude en 2004, la CWA a recouvré environ Rs 35 millions à travers la mise en conformité et la régularisation des branchements illégaux. Par ailleurs, plus de 25 infractions liées au pompage non autorisé d’eau des forages ont été relevées depuis octobre 2004 dans le secteur industriel, ce qui a permis à la CWA de récupérer plus de Rs 10 millions.
Du côté de la CWA, l’on explique que les membres de la brigade anti-fraude sont mobilisés pour traquer et mener une véritable lutte acharnée contre les contrevenants. « Nous serons intransigeants envers les personnes et les sociétés qui sont coupables de branchements illégaux », soutient Bishek Narain, responsable de communication à la CWA, avant d’indiquer que le remplacement/l’amélioration des principaux tuyaux de distribution est une priorité pour cet organisme. L’objectif étant de diminuer les fuites dans les canalisations, cela dans le cadre du projet de réduire le pourcentage de Non-Revenue Water.
Équipée d’instruments de mesure sophistiqués pour détecter les connexions illégales, la brigade anti-fraude  sillonne le pays tous les jours en vue d’identifier toute infraction. Les officiers ont été formés pour passer au crible les compteurs des abonnés afin d’identifier les cas d’exploitation illégale des eaux de surface et souterraine.
Selon les officiers de la brigade anti-fraude, plusieurs astuces sont déployées par les consommateurs clandestins pour voler l’eau potable de la CWA. Branchements illégaux sur les tuyaux de la CWA, bricolage et démontage des compteurs et extraction illégale d’eau des forages par les industriels sont autant de ruses utilisées par les fraudeurs.
Lorsqu’un cas de connexion illégale est détecté, l’équipe anti-fraude négocie dans un premier temps avec le contrevenant de sorte qu’il règle le montant correspondant à l’eau utilisée. En cas de refus, des dispositions sont prises au niveau de la CWA pour déconnecter le foyer du réseau d’eau potable. Le cas est par la suite référé à la police. Selon la législation régissant la CWA, les contrevenants sont passibles d’une amende allant jusqu’à Rs 200 000 et d’une peine d’emprisonnement de deux ans.