Après le débâcle des Jeux des îles de 2011, un sursaut était attendu la saison dernière au niveau du volley-ball local. La qualification de la paire de beach-volley constituée de Natacha Rigobert et Elodie Li Yuk Lo pour les Jeux Olympiques de Londres est donc venue comme une bouffée d’air frais. Certes, tout n’a pas été rose du côté du volley-ball en salle, mais les points saillants ont été le maintien de l’hégémonie du Faucon Flacq Camp Ithier VBC et le retour au premier plan d’Azur SC. A l’aube de cette nouvelle saison, un nouveau comité directeur a été institué. L’occasion d’un nouveau départ ?
Après leur sacre aux Jeux d’Afrique de 2011 au Mozambique, nos beach volleyeuses avaient une belle carte à jouer lors du tournoi qualificatif continental tenu au Rwanda. La tâche s’annonçait ardue, mais Natacha Rigobert et Elodie Li Yuk Lo ont su relever le défi pour se retrouver à Londres. De ce fait, Maurice était pour la première fois représentée dans une discipline collective lors d’une édition des Jeux Olympiques. Dans ce contexte, il faudra également saluer la contribution de la paire Prisca Seerungen-Heidy Bauda qui était aussi du déplacement au Rwanda. Certes, le niveau était beaucoup trop élevé pour la paire mauricienne, mais il n’empêche que nos deux représentantes ont su réaliser leur rêve. Reste maintenant à savoir si elles vont maintenir leur association cette année.
Du côté masculin, au cours du tournoi qualificatif organisé à Maurice, les paires Nicolas Laurette-Stephane Moonisamy et Eric Louise-Gino Sophie sont tombées les armes à la main. La qualification revenant à l’Afrique du Sud. Avant le coup de cette échéance, un cours avait été dirigé par le Grec Athanasios Papageorgiou, alors que la compétition était agrémentée de matches exhibitions par des paires brésiliennes et mauriciennes. Il faudra également noter la participation de la paire Gilbert Alfred-Eric Louise à l’Open de Slovénie.Soit une première en Europe pour une paire mauricienne.
Du côté du volley-ball en salle, les tournois se sont déroulés à un rythme effréné la saison dernière. Les dernières finales, soit celles de l’AMVB Cup se déroulant le 20 décembre. Il n’empêche que du côté de l’élite, quelques équipes ont évolué quelques crans au-dessus. A l’image du Faucon Flacq Camp Ithier VBC et du Rivière du Rempart Star Knitwear du côté masculin. Le premier nommé a décroché un quatrième titre consécutif et a repoussé le challenge du Quatre Bornes VBC en finale de l’AMVB Cup. De leur côté, les Nordistes, désormais sous la coupe de Nassrullah Loolmohamode, ont ajouté à leur palmarès le Charity Shield et les Masters. Ils seront à coup sûr de nouveau des sérieux challengers aux champions en exercice cette saison.
Quant au Quatre Bornes VBC, à l’Association Sportive Jeunesse Chebel et au Port Louis Red Star, ils ont essayé de tirer leur épingle du jeu, alors que les autres forces en présence n’ont pu soutenir la comparaison. Chez les dames, l’Azur SC a décroché le deuxième titre de sa jeune histoire. Et ce, à l’issue d’un parcours parfait lors des play-offs. Le Curepipe Starlight a également brillé cette saison, avec à son tableau de chasse la Charity Shield et les Masters. Par contre, les Tranquebar Black Rangers, diminués par l’abence de Martine Bistoquet (dans l’attente d’un heureux événement) n’ont pas été aussi percutants que les deux saisons précédentes. Néanmoins, cette formation aura définitivement son mot à dire cette saison, tout comme le Quatre Bornes VBC qui avait affiché de bonnes intentions la saison dernière.
Au niveau des divisions inférieures, le Rivière du Poste VBC s’est avéré le meilleur en 2A, malgré une solide opposition des Trou aux Biches Sharks. Cette dernière formation faisant de son côté la différence lors de la Coupe de la République. Ces deux équipes effectueront leur entrée dans la cour des grands cette saison et il sera intéressant de suivre leur cheminement. Reste que la révélation de la saison demeure le Mangalkhan VBC vainqueur du championnat 2B et également du Best Four. En division supérieure cette saison, cette équipe aura un coup à jouer. Et ce, même si des équipes telles que le Club Sportif de Pamplemousses et le Cercle de Mare Gravier posséderont également des arguments intéressants.
Attentes et déception
Sur la scène internationale, les sélections étaient en veilleuse. Par contre, un sacre d’une équipe mauricienne à la Coupe des clubs champions de la zone 7 était attendu. Mais voilà, le Faucon Flacq Camp Ithier VBC devait échouer pour la troisième fois consécutive en finale. Cette fois face aux Réunionnais du Tampon Gecko Volley. La déception était ainsi au diapason des attentes. Par contre, le Rivière du Rempart Star Knitwear, malgré un effectif limité, a terminé à une honorable quatrième place. Du côté féminin, le Curepipe Starlight et l’Azur SC n’ont pas réellement eu les coudées franches, avec à l’arrivée une cinquième et une sixième place respectivement. Les représentantes de l’île soeur étant de nouveau sous les feux des projecteurs, avec la consécration de Saint-Denis Olympique. Cette année devant leur public, les équipes mauriciennes tenteront de ne pas rater le coche. Il s’agira ainsi d’effacer plusieurs années de disette, après les succès de l’Union de Curepipe chez les dames en 96 et de l’équipe masculine de la Fire Brigade trois années plus tard.
Au niveau de la formation, les instructeurs internationaux étaient sur la brèche. C’est ainsi que George Appadoo avait été délégué par la fédération internationale de volley-ball (FIVB) pour diriger un stage à Nairobi. De son côté, Fayzal Bundhun avait partagé ses connaissances lors d’un stage au Soudan. Quant à l’arbitre Daniel Virginie, il avait suivi un refresher course en Thailande, tandis que Veekash Maghun, entraîneur de l’équipe masculine du Quatre Bornes VBC cette saison, il était engagé dans un cours de niveau 3 en Inde. Il faudra également noter la visite à Maurice de Philippe Blain, entraîneur de l’équipe de France jusqu’à septembre de l’année dernière. Il avait assisté aux finales de l’AMVB Cup et une proposition lui a été faite pour agir comme Directeur Technique National à Maurice. Yannick Bazin, passeur de l’équipe de France, était également en vacances chez nous. Il était accompagné de Barbara Morel, Miss Nationale en France en 2010, et avait profité de son séjour pour parrainer le Centre de Formation du Curepipe Starlight.
Si les élections de remplacement n’ont pu se tenir l’année dernière faute de quorum, l’Assemblée Générale élective s’est bel et bien déroulée le 27 décembre dernier. Une fonction qui a permis à Bharun Teeroovengadum, jusque-là membre coopté, d’accéder au poste de président. Ce dernier a dirigé sa première réunion jeudi dernier et le calendrier de la présente saison a été élaboré. Un calendrier qui s’annonce chargé et dont les premières activités débuteront le mois prochain. Des innovations seront apportées, avec entre autres la Caravane du Volley, les 24 h du volley, les MVBA Awards, les tournois régionaux et interrégions pour les jeunes et la Coupe de la République en beach-volley. De bonnes intentions, mais il s’agira de trouver les ressources humaines. Surtout si on prend en considération le nombre fort limité d’arbitres. Reste qu’il faudra également s’attendre à ce que notre volley-ball soit plus présent sur la scène internationale et que la préparation des prochains Jeux des îles soit enclenchée cette saison. Question d’éviter de nouveaux revers.