Les portes de la qualification se sont brutalement refermées sur les sélections mauriciennes de volley-ball. Au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas hier, le rêve d’une qualification pour le troisième et dernier tour continental dans le cadre des championnats du monde s’est écroulé. Face aux Seychelles lors de cette compétition zonale, les locaux ont concédé deux cruelles défaites au tie-break, alors que le coup paraissait jouable. Les volleyeurs de l’archipel ont réalisé une remontée spectaculaire, après avoir concédé les deux premières manches, pour faire la différence sur le score de 23-25, 23-25, 25-15, 25-16 et 15-9. De leur côté, les Seychelloises ont su émerger d’un match à rebondissements à la faveur d’un résultat acquis sur le score de 25-19, 29-31, 19-25, 25-22 et 15-11.
Le président de la Fédération seychelloise de volley-ball, Jude Florentine savoure la double qualification. « Notre objectif a été atteint et les efforts consentis ont été récompensés. Maintenant, il s’agira d’effectuer un post-motem tant sur le plan technique qu’organisationnel. Par la suite, il faudra déclencher le programme de préparation en vue de ce troisième tour décisif. Et ce, afin d’atteindre notre summum en janvier prochain. Avec un entraînement intensif, la présence de Nathalie Agnès et de Marielle Bonne, et le retour des blessés, nous espérons être à la hauteur de la situation. ».
Reste que la sélection masculine a dû employer les grands moyens pour mettre à la raison une équipe mauricienne qui semblait avoir fait le plus difficile. Forte de la présence de son expatrié Rodney Ah-Kong, et de Ian Furneau et Guy Valentin qui ont également vécu une expérience enrichissante en France, la sélection de l’archipel aura su faire preuve de plus de maturité pour faire pencher la balance en sa faveur.
Face à un adversaire qui avait d’emblée lancé les hostilités (6-3, 10-6 et 14-11), la sélection mauricienne avait du répondant pour niveler le score à 14-14.
Après un mano-à-mano jusqu’au 44e point, la bande à Melchior Miniopoo trouvait les ressources nécessaires pour réaliser les points cruciaux. Avec un Kevin Larose euphorique et un Gilbert Alfred qui déjouait les contres adverses, elle maintenait son emprise sur la rencontre pour se retrouver avec quatre points d’avance (12-8).
Les Dallons réagissaient alors pour niveler le score à 13-13 pour se pointer en tête (21-19). Nouveau revirement de situation, avec Maurice aux commandes à 23-22 et de nouveau un succès sur le fil à 25-23. Le nombreux public pouvait alors se permettre les rêves les plus fous, car rien qu’un set séparait les Mauriciens de la qualification.
Scénario catastrophe
Mais voilà, les Seychellois étaient loin d’avoir jeté les armes. James Mangroo était sollicité dans le rôle de passeur, et le combat changeait d’âme. La sélection mauricienne balbutiait son jeu à travers des services manqués et des attaques contrées. Les visiteurs dominaient ainsi les troisième et quatrième sets pour remettre les pendules à l’heure. La décision devait se faire au tie-break, et après une égalisation à 4-4, la bande à James Camille prenait inexorablement ses distances. Maurice tentait vainement de revenir au score, mais concédait six points de retard au final.
Du côté féminin, les regrets sont encore plus vifs dans le camp mauricien. Malgré toute leur volonté, les soeurs Latour, Nathalie Létendrie, Felicia Julie et Vanessa Chellumben n’ont pu résister au finish d’une équipe adverse pourtant prenable. Et ce, avec l’absence de sa passeuse Nathalie Agnès et son expatriée Marielle Bonne.
Certes, les Seychelloises avaient connu des frayeurs au tout début en concédant quatre points de retard (6-10). Elles égalisaient dans un premier temps avant de prendre leurs distances. La sélection mauricienne avait alors intérêt à vite retrouver ses marques et elle parvenait dans sa mission, quoique dans la douleur. Menant 24-21, elle n’avait pas à concrétiser cette fameuse balle de set. Ce ne fut que sur la sixième tentative qu’elle parvenait à ses fins, même si les Seychelloises avaient également manqué une occasion de conclure à 28-29.
Continuant sur cette lancée, les protégées de Lindsay Wilson réalisaient six points sans réplique au début du troisième set. Une avance qu’elles géraient jusqu’à la fin. Reste que les Seychelloises n’avaient pas abdiqué, même si leurs adversaires tentaient de s’accrocher jusqu’à 14-16. Elles forçaient ainsi le tie-break après avoir contré une remontée adverse de 20-24 à 22-24. Au bout du compte, la sélection mauricienne vivait quasiment le même scénario catastrophe que lors de la demi-finale des Jeux des îles de 2007. Alors que le coup était jouable à 10-10, elle s’écroulait de tout son long pour laisser filer une qualification qui lui tendait les bras.
Toutefois, la capitaine Nathalie Létendrie tenait à relativiser cet échec. « Nous n’avons pas à rougir de cette défaite. Nous sommes certes déçues, mais également fières d’avoir pu faire trembler les Seychelloises. Somme toute, nous serons encore mieux préparées au cours des prochains Jeux des îles. »