Était-ce la passation des pouvoirs dans le championnat féminin de première division de volley-ball ? Lauréat de cette compétition ces deux dernières années, le Curepipe Starlight a d’emblée connu un premier revers en s’inclinant face à Azur SC. Cette dernière formation, qui avait disposé d’un autre prétendant au titre, les Goodlands Youngstars, lors de sa première sortie, a fait la différence en trois sets (25-21, 26-24 et 26-24) en 84 minutes, samedi dernier au gymnase Pandit-Sahadeo à Vacoas.
Ce succès, quoiqu’arraché par les cheveux, permet à Nathalie Letendrie et ses coéquipières d’envisager la suite de la compétition avec encore plus de confiance. D’autant que les Tranquebar Black Rangers, autre formation en vue, n’a pu contrecarrer les assauts de l’équipe de Goodlands. Une équipe qui s’est rachetée de brillante façon en s’imposant en 75 minutes et en trois sets (28-26, 25-16 et 28-26).
De ce fait, la situation se décante graduellement dans ce championnat, même si l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill, le Quatre Bornes VBC et La Tour Koenig SC sont encore invaincus jusqu’ici. L’équipe de la ville des fleurs aura l’occasion d’enregistrer une deuxième victoire en affrontant les Trou aux Biches Sharks jeudi à 18h30.
Chez les hommes, le Port Louis Red Star n’a pas eu besoin de s’employer, du fait que son adversaire, l’Association Sportive Jeunesse Chebel, ne s’est présentée samedi dernier qu’avec cinq joueurs. Grosse désillusion pour cette dernière formation qui avait abordé cette nouvelle saison avec des ambitions légitimes, après avoir enregistré la venue du Seychellois Guy Valentin, de Didier Perrine et Brondon Tanner.
Quant aux Trou aux Biches Sharks, malgré l’absence de Gilbert Alfred et Stephane Moonisamy, engagés en beach-volley aux Jeux d’Afrique, ils n’ont eu aucun mal à vaincre le Mangalkhan VBC. Et ce, sur le score de 25-14, 25-13 et 25-22. L’équipe de Mangalkhan sera de nouveau en action jeudi face au Port Louis Red Star.