Rien ne va plus. L’après Jeux des Iles et Jeux d’Afrique porte définitivement la poisse au sport mauricien. Si l’éclatement de la Fédération de natation est déjà un fait, par contre celui de la Mauritius Football Association est dit-on dans le pipeline, alors qu’on croit comprendre que la Fédération de Tir à l’Arc bat aussi de l’aile.
A cette liste viendra s’ajouter sans doute l’Association mauricienne de Volly-Ball qui vit depuis ces derniers jours, surtout avec l’annonce du début du Championnat de D1 masculin, une situation de plus en plus explosive. Le retour de Kaysee Teeroovengadum d’une convalescence cette semaine, notamment pour la réunion de l’exécutif du 7 octobre serra déterminant pour la suite des événements. Puisque selon les informations qui circulent une vague de démissions au sein du comité est attendue. Raison: les agissements de Naz Teeroovengadum contre certaines équipes, avec, dit-on, la bénédiction de son frère de président.
La première formation à faire les frais des Teeroovengadum n’est autre que l’Association Sports Jeunesse de Chebel. Et visiblement tout laisse croire que le président de l’AMVB a une dent contre son ancien club puisque les Teeroovengadum sont en guerre ouverte contre cette équipe. Pour preuve ,les misères qui sont faites contre les deux éléments de cette formation, les frères Samoisy, Bertrand et Julien. Dans les deux cas, Navin Bhowany, représentant de l’AJ Chebel au sein de l’AMVB et ainsi bras droit de Kaysee Teeroovengadum fustige les actions de Naz Teeroovegadum qu’il accuse entre autres de «ne pas agir pour l’intérêt du volley-ball, mais plus pour celui de son club». En effet, l’AJ Chebel se trouve dans une position où ses deux joueurs qui viennent de Rodrigues vont jouer la saison… sur les bancs. Le cas de Bertrand Samoisy est d’une limpidité sans pareil et aussi la preuve que l’AMVB de Kaysee Teeroovengadum veut diminuer le potentiel de cette formation. Puisque Bertrand Samoisy est interdit de jeu par l’AMVB puisqu’il a joué la même saison à Rodrigues. Or les règles de compétition sont claires à ce sujet à l’effet qu’il n’existe aucune obstruction contre ce fait.
Par contre dans le cas du joueur français de Trotters, Sébastien Dardon, tout laisse croire qu’il y a eu vice de procédure. Ce joueur français qui travaille à Maurice a obtenu une licence de l’AMVB sans pour autant qu’il ait obtenu le clearance de la Fédération Française de Volley-Ball. «Dans ce cas, la licence a été accordée sans souci alors qu’on est en train d’interdire aux Mauriciens de jouer. C’est inacceptable et pas sportif du tout», souligne un Navin Bhowany en colère.
C’est donc l’énervement à tous les étages au sein de l’AMVB, surtout après la réunion du 13 septembre dernier. On laisse volontiers entendre que le comportement de Naz Teeroovengadum  face aux deux femmes du comité directeur n’avait rien d’un gentleman et encore moins d’un sportif. «Elles ont été copieusement insultées par Naz Teeroovengadum dans le comité», nous explique un autre membre du comité.
La réunion de l’exécutif de l’AMVB de ce 7 octobre s’annonce donc déterminante à plus d’un titre. Le retour de Kaysee Teeroovengadum après des semaines d’absence risque de ne pas être de tout repos pour lui. D’autant que de plus en plus de démissions sont dans l’air.