Décidément, la Team Synergy composée de Yannick Lincoln et Aurélie Halbwachs a le vent en poupe dans cette édition 2014 du Cape Epic en Afrique du Sud. Après avoir terminé la première étape devant les autres concurrents de la catégorie mixte, ils ont doublé la mise en remportant la deuxième étape et s’offrant encore un petit matelas d’avance au classement général.
Lundi, après l’euphorie de la première étape, les voilà qui terminent la deuxième journée avec une nouvelle première place. Sur les 101 km et les 1500 m de dénivelé positif, les deux coureurs sont restés dans le même rythme pour passer la ligne d’arrivée en 5h07’50. Ce chrono les place à près de dix minutes du binôme Trek Israel, Gal Tsachor et Idit Scub, deuxièmes de l’étape en 5h17’23. Cherise Stander et Theo Blignaut, qui composent la formation RECM Mixed, n’arrivent toujours pas à se dégager de la troisième place et terminent l’étape du jour en 5h23’48. L’ASRIN Cycling et la T’Velootje arrivent respectivement aux quatrième et cinquième positions en 5h43’52 et 5h49’15.
Du côté du classement général, la Team Synergy se retrouve en tête avec une avance d’un peu plus de trente minutes. En effet, au terme des trois journées de compétition, Lincoln et Halbwachs sont crédités de 12h15’33. Si les deux Mauriciens ont occupé la première place du classement mixte dès lundi, par contre, les Israéliens ont effectué une belle remontée pour se positionner à la deuxième place (12h48’14). À la troisième place on retrouve la RECM Mixed en 13h35’32. L’ASRIN Cyling de Nizaam Esa et Christina Kollmann effectue également une belle remontée et se retrouve quatrième en 13h33’32, alors que la T’Velootje est cinquième en 13h50’50.
En attendant de conforter leur avance, les deux devront affronter l’une des plus longues sinon la plus longue étape de ce Cape Epic 2014. En effet, le départ sera donné à Robertson et prendra fin à Greyton. Cette étape sera longue de 134 km, avec pas moins de 1800m de dénivelé. Selon les organisateurs, il s’agira de faire attention. Les 50 premiers kilomètres seront avalés à une allure assez vive malgré quelques difficultés. La difficulté majeure sera à Riviersonderend, qui veut dire rivière sans fin. Le tracé passera par Puffadder Hill, une petite bosse qui devrait ralentir le peloton. La dernière partie sera assez plate, malgré encore quelques petites difficultés.