Le Premier ministre Navin Ramgoolam est attendu cet après-midi à Kinshasa, République démocratique du Congo, en vue de sa participation au XIVe Sommet de la francophonie qui aura lieu samedi et dimanche. Cette rencontre, ayant pour thème « Francophonie, enjeux environnementaux et économiques face à la gouvernance mondiale », réunira les chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage. Le président de la France, François Hollande, participera aussi à ce sommet et effectuera par la même occasion sa première visite officielle sur le continent africain.
Le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell a participé, pour sa part, à la 28e session de la conférence ministérielle de la francophonie, présidée par le ministre congolais des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda. Les ministres ont pris des décisions administratives et financières concernant l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Ils ont entendu les points d’information sur la coopération multilatérale francophone présentés, entre autres, par l’administrateur de l’organisation Clément Duhaime ainsi que par les représentants des opérateurs directs (AUF, TV5Monde, l’Université d’Alexandrie et l’AIMF).
Les ministres ont également examiné les textes de la Déclaration et des résolutions qui seront adoptées par les chefs d’État et de gouvernement lors du XIVe Sommet de la francophonie. Cette déclaration est axée sur des thèmes relatifs à l’environnement, aux droits de l’Homme, à la situation économique, aux institutions financières internationales, à la réforme des systèmes des Nations unies ainsi qu’à la paix et la sécurité. Le seul problème en suspens et qui sera évoqué au niveau des chefs d’État concerne le contentieux entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo sur la région de Kivu.
Intervenant au chapitre de la paix et de la sécurité, le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell a évoqué la situation à Madagascar. Il a souhaité que l’OIF accorde une assistance financière et technique à la Commission électorale indépendante malgache. « Tous les moyens nécessaires doivent être donnés à cette commission qui joue un rôle clé dans l’organisation des élections en vue d’un retour à l’ordre constitutionnel dans ce pays », a-t-il déclaré.
Arvin Boolell a rappelé les dispositions prises par les autorités mauriciennes dans le cadre de la lutte contre la piraterie. Il a fait état des mesures adoptées au niveau légal et carcéral à Maurice pour le transfèrement des pirates et les accords signés avec l’Union européenne et les dirigeants de la Somalie, en particulier ceux de la région de Puntland.
Il a aussi été question de la situation au sud du Mali avec les ministres francophones exprimant leurs inquiétudes concernant le risque de contagion de ce conflit dans cette région de l’Afrique. Arvin Boolell a par ailleurs souligné l’importance de recueillir des financements à travers une taxe sur les transactions financières. Cet argent, a-t-il expliqué, pourrait être utilisé pour soutenir la lutte contre le VIH/Sida et la tuberculose.