L’ambassade du Japon, en collaboration avec l’Université de Maurice, organise Oshiété ! Nippon* Tell me ! Japan. La semaine japonaise a pour but de présenter aux Mauriciens les multiples facettes du pays du soleil levant et de célébrer les liens qui le lient à Maurice. Cet événement est prévu les 13, 17, 18 et 19 septembre à Réduit. Des activités comme la cérémonie du thé, exposition de bonsaï, atelier d’origami, démonstration d’arts martiaux, cosplay et des discours menés par des professeurs du Japon sont au programme. Le temps d’un entretien, Yoshiharu Kato, l’ambassadeur du Japon à Maurice, nous parle de la culture japonaise et des liens qui existent entre nos deux pays.

Yoshiharu Kato

Qu’est-ce qui vous a motivés pour lancer le festival Oshiété ! Nippon* Tell me ! Japan à Maurice ?

Nous avons décidé d’organiser Oshiété ! Nippon à Maurice dans le but de présenter le Japon aux Mauriciens qui ne connaissent pas le pays et à ceux qui ne l’ont jamais visité. C’est un moyen de mieux connaître le pays. Certains éléments de l’événement comme la cérémonie du thé et l’atelier d’origami sont une première à Maurice. Quatre invités japonais ont été invités pour présenter et parler des aspects différents mais complémentaires des relations qui existent entre nos deux pays.

En quoi les échanges culturels peuvent-ils aider à renforcer les relations entre nos deux pays ?

Maurice et Japon se connaissent à travers des événements, des conférences et des activités qui nous permettent de communiquer. Ces événements culturels aideront les Mauriciens à en apprendre davantage sur la culture japonaise, les habitudes, les traditions, les valeurs et à surmonter la barrière de la langue. C’est ainsi que les relations entre nos deux pays seront renforcées. Les Mauriciens ne connaissent pas tellement le Japon et vice versa. L’ouverture de l’ambassade du Japon établira un pont entre les Mauriciens et les Japonais.

Pour beaucoup, la culture japonaise se limite au manga et aux sushis. Qu’est-ce qui constitue la culture japonaise au-delà de ces clichés ?

En organisant Oshiété ! Nippon, nous avons voulu donner une place au manga, parce que c’est grâce à lui que nous nous sommes davantage fait connaître à travers le monde. Il fait partie de la pop culture. Cependant, il s’agit uniquement d’un aspect de notre culture. Nous pensons qu’aller un peu plus loin serait une bonne façon de commencer. Aller au-delà des clichés commencerait par une base solide et ensuite une exploration plus approfondie des aspects de la culture japonaise. C’est pourquoi nous organisons un événement aussi connu, mais rarement vu, comme la cérémonie du thé à Maurice.

Comment promouvoir davantage la culture japonaise à Maurice ?

Cette année, nous nous sommes concentrés sur les aspects les plus connus de la culture comme le karaté, le manga, les bonsaïs, entre autres. Nous pensons aussi aux aspects promotionnels moins connus de la culture japonaise, tels que les festivals gastronomiques. Nous voulons également promouvoir les arts martiaux tels que le kendo, qui n’est pas connu à Maurice.

Quelle est l’importance de Maurice pour le Japon ?

Grâce à l’ouverture de l’ambassade du Japon à Maurice depuis l’année dernière, il y a des contacts directs dans plusieurs secteurs de développement à Maurice. Le gouvernement du Japon, par l’intermédiaire de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), a beaucoup contribué au développement de l’île afin de mieux la protéger. L’installation du radar météorologique de Trou aux Cerfs est complétée à 90 % et a été financée par le Japon. Il sera bientôt possible de mieux prévenir la population concernant des événements météorologiques comme une inondation subite. Nous comprenons très bien Maurice puisque nous sommes également un État composé de plusieurs îles vulnérables au changement climatique.

Comment le Japon peut-il aider à l’épanouissement de Maurice ?

Le Japon peut aider sur le plan politique, culturel et social de Maurice. Nous sommes déjà en train de créer un réseau pour que les fonctionnaires et les investisseurs japonais rencontrent les parties prenantes mauriciennes. J’espère vraiment que les affaires vont se développer. Nous informons actuellement les entreprises japonaises et leur donnons plus d’informations sur Maurice. De plus, nous aidons le gouvernement mauricien à accroître l’afflux de touristes japonais à Maurice en la promouvant durant l’exposition JATA qui aura lieu en septembre 2018 au Japon. Notre ministre des Affaires étrangères, Masahisa Sato, est venu à Maurice la semaine dernière et a commencé à établir des contacts avec son homologue mauricien, Vishnu Lutchmeenaraidoo, pour la sécurité navale, le développement portuaire et le développement de la pêche. Les relations économiques sont très importantes et plusieurs investisseurs japonais viendront investir dans de nouveaux domaines tels que l’environnement et les infrastructures. Néanmoins, nous devons davantage informer sur les investissements économiques à Maurice.


Oshiété ! Nippon

La semaine japonaise commencera par la cérémonie de lancement avec un discours de Yoshiharu Kato, l’ambassadeur du Japon, le professeur et vice-chancelier de l’Université de Maurice, Dhanjay Jhurry, et Arnaud Carpooran, le doyen de la Faculté des sciences sociales et humaines à l’Université de Maurice, le jeudi 13 septembre à 9h à l’UoM, Réduit. Elle sera suivie d’un discours du Dr Takeyuki Tokura qui parlera des histoires cachées entre le Japon et Maurice.

Ensuite, Dr Rie Koike donnera une conférence sur la littérature d’Okinawa. Le lundi 17 septembre, Dr Ken Masuda animera une conférence sur les mesures que Maurice pourrait prendre pour avoir une longévité sociodémographique comme celle du Japon. Le même jour aura lieu un atelier d’origami. Il sera animé par l’ambassade du Japon et Nimrod Mourade, aussi connu sous le nom de Nim. Il a créé Nim’s Origami en mars 2018 et a animé plusieurs ateliers d’origami pour les enfants et les adolescents. Ensuite, il y aura la cérémonie du thé avec le Dr Kazuyo Ideue et l’atelier de bonsaï avec Xavier De Lapeyre, membre de la World Bonsaï Friendship Federation et de l’African Bonsaï Association. Le mardi 18 septembre aura lieu la conférence du Dr Kazuyo Ideue. Il parlera de l’histoire économique de Maurice comparée à celle du Japon.

Le même jour sont prévus une conférence sur l’histoire des arts martiaux à Maurice par Kunal Janoo, un exposé sur le kyokushinkai, un style de karaté par la Fédération de Kyokushinkai Martial Arts, et un exposé sur le jiu-jitsu par la Fédération de jiu-jitsu de Maurice. Le dernier jour, soit le 19 septembre, des discours seront tenus par Dr Hans Ramduth, Head of School of Fine Arts au MGI et l’Université de Maurice, Firoz Ghanty, artiste et plasticien, et Laval Ng, auteur mauricien de bandes dessinées. Un atelier de mangas sera aussi animé par Laval Ng.

Pour terminer la semaine japonaise, il y aura une présentation de cosplay par AnimeNext Maurice, Anime Colony Networks et Kage Bushin Ltd. À noter que les conférences et les différents ateliers auront lieu notamment au RB Lecture et sous un chapiteau monté spécialement pour ces quatre jours à l’Université de Maurice, Réduit.