- Publicité -

Baie du Tombeau – Bungalow des Jugnauth : Quatre jeunes évoquent une « plaisanterie »

Ils restent en détention vu que la police a objecté à leur remise en liberté conditionnelle

La Criminal Investigation Division (CID) n’a pris que quelques heures pour résoudre cet incident survenu lundi soir à Baie du Tombeau au bungalow de la famille Jugnauth. C’est en visionnant les images des caméras du Safe City Network que l’équipe de l’inspecteur Seelochun et du sergent Gujadhur a pu identifier cette bande résidant la localité.
Ainsi, quatre jeunes âgés de 16 à 19 ans ont été appréhendés hier.

- Publicité -

Au cours de leur interrogatoire, ils ont avoué les faits et évoquent une plaisanterie. Ces jeunes avancent qu’ils marchaient sur la plage et croyaient que le lieu était inoccupé. Ils se sont alors adonnés à un jeu entre eux pour déterminer qui pouvait atteindre la piscine avec des pierres. Ils ont aussi utilisé des lumières de laser pour s’amuser. Lorsqu’ils ont entendu crier des hommes de la VIPSU sur la propriété, ils ont pris la fuite.

Les quatre suspects ont insisté que leur action n’est pas motivée politiquement et qu’ils ne voulaient blesser personne à cet effet. Ils se sont même excusés pour leur comportement. Sauf que la police estime que cet acte sur le bungalow de la famille du Premier ministre Pravind Jugnauth est grave .

Ainsi, ces jeunes ont été traduits au tribunal de Port-Louis où une accusation provisoire de « Throwing stones against building » a été retenue contre eux. La police a même objecté à leur remise en liberté conditionnelle en soutenant qu’ils peuvent récidiver ! Ils sont actuellement en détention préventive.

C’est lundi soir que deux membres de la VIPSU, qui surveillaient le bungalow inoccupé, ont alerté leur supérieur. Ils avancent avoir entendu la voix d’un groupe de personnes alors que des pierres étaient lancées sur la propriété. Certains ont atterri sur le toit du bungalow et d’autres dans la piscine.

Les deux policiers avaient sollicité du renfort auprès du Metro Nord. Par la suite, un inspecteur de la VIPSU est arrivé sur les lieux avec d’autres policiers et ils ont patrouillé la plage et aussi la rue Carangues à Elizabethville sans rien trouver. La police de Baie du Tombeau a été appelée à mener des patrouilles régulières lundi et mardi soir. Et ce, alors que le bungalow ne dispose pas de caméras de surveillance. À noter que personne n’a été blessé, ni aucune infrastructure endommagée lors de ces incidents.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour