- Publicité -

Jean Lindsay Azie : « Apporter un soutien à la gestion et au développement durable de la pêche »

Que représente pour vous la Journée mondiale de la pêche ?

- Publicité -

La Journée mondiale de la pêche 2022, commémorée ce 21 novembre, est l’occasion de rendre hommage aux personnes qui vivent de la pêche. C’est aussi un moment privilégié pour mettre en évidence la contribution de la pêche commerciale à l’économie mondiale et sensibiliser à l’importance d’une pêche durable.

La Journée mondiale de la pêche a été décrétée principalement pour attirer l’attention du public sur les défis les plus urgents auxquels l’industrie mondiale de la pêche est confrontée, et pour rassembler toutes les parties prenantes afin de trouver des moyens de les résoudre.

Selon les statistiques, les pêcheries artisanales, y compris dans les zones lagunaires et récifales extérieures, sont les principaux fournisseurs de poisson frais aux marchés locaux, avec une production annuelle d’environ 26 000 tonnes ici à Maurice.

L’année 2022 a été déclarée année internationale de la pêche et de l’aquaculture artisanales à la suite de la 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies. Elle permet de mettre en lumière la diversité de la pêche artisanale et de l’aquaculture à petite échelle, en incluant les femmes et les jeunes, avec un accent particulier sur la sécurité alimentaire et la nutrition, l’éradication de la pauvreté et l’utilisation des ressources naturelles.

Diverses parties prenantes travaillant autour du secteur de la pêche artisanale, y compris les pêcheurs artisanaux, les travailleurs de la pêche, les gouvernements et d’autres partenaires clés constituant la chaîne de valeur qui sont appelés à se concentrer sur l’innovation dans le secteur et à construire et renforcer le soutien et les partenariats.

Que faites-vous pour promouvoir le développement durable dans le secteur de la pêche artisanale ?

Le Bureau multi-pays du PNUD à Maurice et aux Seychelles s’associe au ministère de l’Économie bleue, des Ressources marines, de la Pêche et de la Navigation à Maurice, et à l’Assemblée Régionale de Rodrigues pour donner aux pêcheurs artisanaux les moyens d’améliorer leurs moyens de subsistance. Le bureau, en collaboration avec ses partenaires susmentionnés, apporte un soutien à la gestion et au développement durable de la pêche en fournissant un soutien logistique et une formation aux pêcheurs artisanaux pour atteindre les objectifs fixés.

Et qu’a fait l’UNDP jusqu’ici pour encourager les pêcheurs à quitter le lagon, déjà surexploité et affecté par le changement climatique ?

Nous les avons orientés vers la pêche hors lagon dans des zones plus productives et gérées de manière durable. Nous les avons aussi initiés à des pratiques visant à maintenir la fraîcheur des prises et à prolonger la durée de vie du produit de la pêche, telles que la préservation de la glace et la transformation.

Nous avons travaillé pour permettre aux pêcheurs d’améliorer leur situation économique en ajoutant de la valeur à leurs produits et en profitant des incitations gouvernementales existantes telles que des prêts et subventions.

C’est quoi au juste le projet communément appelé UNDP Mauritius Ecofish ?

L’UNDP Mauritius Eco-Fish a fait l’acquisition de matériaux pour l’assemblage de dispositifs de concentration de poissons (DCP), à savoir des bouées uniques qui seront équipées d’une balise satellite et d’un détecteur de biomasse. Cette initiative innovante a pour but d’apporter la technologie au sein de la chaîne de valeur du poisson au profit de la communauté de la pêche artisanale.

Bientôt les pêcheurs artisans bénéficieront également d’une application mobile qui permettra de géolocaliser les DCP ainsi que d’avoir des données en temps réel quant à la concentration de poissons autour des DCP ancrés. Des formations ont également été élaborées pour l’utilisation du GPS. Elles feront partie intégrante du programme de formation dispensé aux pêcheurs artisanaux par le ministère.

Quel est le nombre de pêcheurs enregistrés actuellement ?

Selon les statistiques, il y aurait 1 741 pêcheurs enregistrés à Maurice, dont 60 femmes. À Rodrigues, il y aurait 1 214 pêcheurs dont 149 femmes.

Comment remplacer ceux qui partent à la retraite ?

Il est primordial que les jeunes s’intéressent au métier de la pêche car il a été constaté que la population actuelle de pêcheurs est vieillissante. Il y a de nombreuses techniques et technologies de pêche modernes qui pourraient inciter les jeunes à faire de la pêche un moyen de subsistance, voire leur métier.

Le partage du savoir-faire entre les pêcheurs âgés et les jeunes qui s’intéressent à la pêche est un moyen efficace d’assurer que le métier passe d’une génération à une autre. Les jeunes peuvent aussi se tourner vers le projet mis en place par le PNUD à Maurice pour s’enquérir des supports mis à disposition.

Qu’en est-il de la formation des jeunes pêcheurs aux nouvelles technologies. Quel rôle seront-ils appelés à jouer ?

Le projet comprend également un volet sur la digitalisation des métiers de la mer. Une application mobile est en préparation et elle sera mise à la disposition des pécheurs bientôt. Ce sera une belle occasion pour les pêcheurs, notamment les jeunes, de mettre l’outil informatique à contribution dans leur métier. La formation est aussi un autre aspect très important. Les jeunes sont appelés à y prendre part pour devenir de véritables professionnels des métiers de la mer.

Quid de la situation des pêcheurs dans le sud après l’épisode Wakashio ?

Le bureau du PNUD a beaucoup œuvré dans le sud après le naufrage du MV Wakashio. Des plans d’action ont été mis sur pied et des aides ont été dirigées vers les pêcheurs et des Ong travaillant avec ces communautés touchées. Il est important que l’on continue d’accompagner toutes les personnes qui ont subi des pertes à la suite de la marée noire.

Votre point de vue sur la situation à Rodrigues…

Le projet est aussi en cours à Rodrigues où seront installés des DCP, à savoir des bouées uniques équipées d’une balise satellite et d’un détecteur de biomasse.

Nous travaillons aussi en étroite collaboration avec l’Assemblée régionale de Rodrigues pour l’acquisition d’un présentoir à poisson réfrigéré. Cela permettra la vente des produits de la mer dans un espace sanitaire conforme aux normes d’hygiène requises, le but étant d’accentuer la valeur ajoutée des produits. C’est vraiment un plaisir pour nous de collaborer avec les partenaires de l’île dans ce secteur, car la pêche artisanale est vraiment importante pour les Rodriguais.

 

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour